A moins d’un mois de la compétition prévue du 2 au 19 décembre prochain, les pouliches de Serge Guebogo, sont toujours en quête d’un cadre adéquat pour leur mise au vert.

Le Cameroun doit prendre part à la 25e édition de la Coupe du monde de handball féminin. Seulement, la prestation des Lionnes Indomptables à cette compétition prévue du 2 au 19 décembre 2021 en Espagne, pourrait être en-dessous des attentes au regard de leur préparation difficile. Plusieurs semaines après avoir démarré la mise au vert en prélude au mondial, les pouliches du sélectionneur, Serge Guebogo, attendent de poursuivre leur stage en interne pour une meilleure préparation. Faute d’infrastructures mises à leurs dispositions, les filles et leurs encadreurs continuent de se préparer dans les artères de Yaoundé, notamment, à l’Université de Yaoundé I. « Nous sommes toujours à la belle étoile. Nous n’avons pas de gymnase», déplore le technicien.

La préparation de son groupe se heurte aux caprices du climat. Si bien que la pluie n’est pas souvent la bienvenue, puisqu’elle ne permet pas à l’équipe de s’entraîner. «Quand il pleut, nous ne pouvons pas nous entraîner», confirme Serge Guebogo. D’après le technicien, les démarches entreprises par la Fédération camerounaise de handball (Fecahand), auprès du ministère des Sports et de l’Education physique (Minsep), afin d’avoir un espace (Palais polyvalent des sports Ndlr) n’ont pas abouti. Le staff technique et les joueuses disent attendre le dénouement de l’affaire.

Pour l’heure, Serges Guebogo et ses pouliches poursuivent leur mise au vert en externe. Vice-championne d’Afrique de la discipline, le Cameroun est logé dans le groupe B, en compagnie de la Russie, de la Pologne et de la Serbie.

P.B

Vues : 46