L’entraîneur de l’équipe nationale sénior de basketball féminin, revient sur la victoire de ses pouliches au terme du match contre le Cap-Vert (71-40).

Quelles sont les premières impressions après cette deuxième victoire du Cameroun dans la compétition ?

La première chose, c’est qu’on savait en préparant notre match, que le Cap-Vert ne serait pas un match facile. Pour la simple raison que c’est une équipe qui n’a pas de prototype, qui n’a pas de vrai extérieur. C’est un peu un jeu où ils jouent sur du drive. On avait travaillé là-dessus, en essayant de fermer les espaces. Les obliger à prendre du shoot à trois points. Je savais que sur le long terme, elles ne pourraient pas avoir une réussite à trois points efficiente. C’est un pari qu’on avait. La seule chose que je souhaitais, c’est qu’on arrive à la mi-temps en étant devant. En fait, ce genre d’équipe, si elle est devant à la mi-temps, elle va s’enflammer, elle va se dire qu’il nous reste encore vingt minutes, on peut faire un exploit, on peut les battre. Donc, ce n’est jamais simple jouer des équipes comme ça. Et moi, ça m’obligeait aussi à changer. J’ai commencé petit, pour essayer de m’adapter. Comme je dis, j’ai un groupe qui est fantastique, parce que Merveille, le premier match a pu apporter. Et ce soir, elle fait un gros match. En fait, j’ai vraiment la chance d’avoir de jeune joueuses qui sont capables de se relayer, de faire des efforts ensemble.

Pour ce match, avez-vous laissé Hermine Ngueko sur le banc…

Hermine a un profil de joueuse qui peut être vraiment dominant sur certaines situations de jeu. Maintenant, comme je vous ai dit, le match du Cap-Vert, est un match un peu particulier. La joueuse la plus grande du Cap-Vert mesure 1,85m. Donc, Hermine ne pouvait pas se retrouver trop longtemps sur le terrain parce que c’était aussi handicaper notre stratégie sur ce match. Maintenant, chaque match a sa réalité. C’est sûr que si je rencontre une équipe avec une grande de 2m, Hermine sera sur le terrain. Il n’y a aucun problème. Hermine le sait aussi. J’ai entièrement confiance en elle. Il n’y a pas de problème de confiance. J’ai la chance d’avoir un groupe de douze joueuses que j’ai choisi. Certes, qui sont jeunes, mais en qui j’ai totalement confiance.

P.B        

Vues : 18