Dans une interview accordée à la CRTV il y a quelques jours de cela, le président du CNOSC justifie en grande partie l’échec des athlètes camerounais par un manque de moyens financiers pour leur préparation.

Le Cameroun est tristement entré dans l’histoire pour une nouvelle fois. A l’occasion des 32è jeux olympiques des temps modernes, le pays des lions indomptables n’a pas pu s’offrir un seul métal. Comme ce fut le cas en 2012 à Londres et 2016 à Rio de Janeiro, les athlètes qualifiés à ce rendez-vous n’ont pas réussi leur mission.

A Tokyo, beaucoup sont d’ailleurs sortis de la compétition de manière prématurée. Seuls, le boxeur Alfred Ayissi Mengue (il a remporté son premier combat et a atteint les huitièmes de finale) et la lutteuse Joseph Emilienne Essombe Tiako (elle a disputé la finale pour la médaille de bronze dans sa catégorie) se sont montrés plus résistants. Pour justifier ce piètre bilan, Hamad Kalkaba Malboum n’a pas cherché très loin.

Dans une interview accordée à la CRTV, le président du comité national olympique et sportif du Cameroun(CNOSC) a révélé que le manque de moyens financiers pour une meilleure préparation des athlètes a plombé les résultats attendus par plus d’un. «J’ai le sentiment que le potentiel, le talent existe. Mais nous n’avons pas eu les moyens disponibles en temps voulu pour essayer de mettre les sportifs au niveau souhaité. Il y a aussi l’environnement qui ne permettait pas les déplacements d’un pays à un autre. Il a manqué pour certains de nos athlètes de bons sparrings partners », a-t-il noté.

A côté du manque de moyens financiers, celui qui est également le président de la confédération africaine d’athlétisme(CAA)  a pointé la Covid-19 d’un doigt accusateur. «Nous avons fait une évaluation à chaud, on va faire une évaluation plus approfondie une fois au Cameroun pour voir quels sont les problèmes de préparation auxquels nous avons été confrontés, et quelles sont aussi les difficultés que nous avons rencontrées compte tenu de l’environnement de pandémie, des engagements de notre pays à divers fronts », a-t-il ajouté.

En attendant de faire un bilan plus exhaustif, Kalkaba Malboum se projette déjà sur les jeux de 2024 à Paris. «Le Cameroun n’as pas eu accès au podium, mais je pense que nos athlètes se sont battus au mieux de leur forme. Il y avait plus forts qu’eux. Il faut maintenant tirer les leçons de cette participation, se réajuster pour Paris 2024 », a-t-il confié.

Fabien Mbarga  

Vues : 20