La lutteuse de 53 kilogrammes, Joseph Emilienne Essombe Tiako, seule athlète camerounaise encore en compétition, s’est qualifiée ce vendredi 6 août (à 3 heures du matin), pour la finale de médaille de bronze.

Joseph Emilienne Essombe Tiako n’a pas manqué sa deuxième chance. Bien que battu la veille (en huitième de finale), par la Japonaise Mukaida Mayu, la Camerounaise a bénéficié d’un match de repêchage, à la faveur de la qualification en finale de son bourreau. Un combat de repêchage qu’elle a remporté contre la Polonaise Zasina Roksana Mart (victoire 3-1, par points, avec point(s) marqué(s) par l’adversaire).

« Je suis joyeuse ! C’est vrai que ce n’est pas encore terminé, je dois aller disputer ma finale de bronze. Mais je suis soulagée, parce que quand elle a égalisé, j’ai perdu espoir. Mais j’ai regardé le tableau, je me suis dit il te reste 30 secondes, alors il faut y aller. C’est faisable, tu l’as déjà fait une fois, tu peux le refaire. Je suis tellement heureuse d’avoir cru en moi. Parce qu’à un moment donné, il faut se motiver tout seul. Je l’ai fait, et ça a marché », s’est réjoui, en larmes, le porte-drapeau du Cameroun, au micro de RFI (Radio France International).

Grâce à cette victoire, la lutteuse de 33 ans est qualifiée pour la finale de médaille de bronze (prévue tout à l’heure à 12 heures 55). Elle y affrontera la Mongolienne Bat Ochir Bolortuya. « Je suis stressée par rapport à cette finale. Je suis d’ailleurs plus stressée qu’avant ce repêchage. Parce que j’ai déjà rencontré la Mongolienne, elle m’a battu. Je l’a menais 1-0, et après elle m’a battu à la seconde manche. Il y a de quoi être stressée », reconnait la médaillée d’or des Jeux Africains 2019.

En cas de victoire, Essombe Tiako offrira au Cameroun sa seule médaille des JO Tokyo 2020. En effet, depuis leur entrée en compétition, les 11 autres athlètes camerounais présents au Japon, se sont tous faits éliminés les uns après les autres.  Si Essombe Tiako n’accroche pas le bronze, le Cameroun enchaînera 2 éditions consécutives des JO sans la moindre médaille (après Rio 2016).

GLP

Vues : 23