La judokate sur qui étaient rivés un grand nombre de regards a été éliminée ce 30 juillet 2021, en matinée. Elle a été battue dans la catégorie des plus de 78 kg par la franco-turque Kayra Sayit.

Les échecs se succèdent dans le camp du Cameroun à Tokyo. A ce jour, le pays des lions indomptables compte déjà 08 athlètes éliminés dans ses rangs. Parmi les dernières éliminations en date, il y a celle de la judokate Hortense Vanessa Mballa Atangana. Très attendue ce 30 juillet 2021, la quadruple championne d’Afrique n’est pas allée plus loin que l’étape des seizièmes de finale. Face à Kayra Sayit, la championne d’Europe en titre, la camerounaise des plus de 78 kg n’a pas tenu très longtemps sur le tatami. Après avoir enregistré une pénalité, elle a cédé au bout de 4 minutes de combat, brisant ainsi tous les espoirs de médaille placés en elle.

Pour justifier cet échec prématuré, elle n’est pas passée par quatre chemins pour principalement pointer du doigt une blessure qu’elle a contractée, il y a quelques temps de cela. «Je sors d’une grosse blessure. J’ai eu une fracture du quatrième métatarse, du coup ma saisie n’a pas été très forte et je pense que, c’est ce qui a joué contre moi », a-t-elle indiqué. A côté de cela s’ajoute le fait qu’elle n’avait pas de coach à ses côtés pour l’accompagner. «Je n’avais pas de coach parce que le comité d’organisation est très strict au niveau des kimonos. J’avais mon kimono de compétition, mais ils ont estimé qu’il faut que ça se ferme plus, comme je suis lourde. C’est pour cette raison qu’ils m’ont changé de kimono. Du coup je ne pouvais pas avoir de coach », a-t-elle expliqué. Cette version des faits a d’ailleurs été battue en brèche par Donna Ngo Batang, l’entraîneur national senior dame. Quoi qu’il en soit, le judo rentre bredouille de cette compétition.

A côté de cette déception, Elisabeth Milanesi Norah et Charly Ndjoume ont procuré de la joie à plus d’un dans leur série du 50 mètres nage libre. Les deux nageurs ont occupé chacun le premier rang de leur épreuve avec un chrono de 26 secondes pour Milanesi (44è au classement général) et 27 secondes pour Ndjoume (64è). Malgré cette performance, la compétition s’est également achevée pour eux, compte tenu du fait que seuls les 16 premiers, aussi bien chez les dames que chez les messieurs se sont qualifiés pour les demi-finales.

Désormais, tous les espoirs sont posés sur Emmanuel Esemé(200M) en athlétisme, Hélène Essombe Tiako(53kg) en lutte, Jeanne Eyenga(76 kg) et Clémentine Meukeugni(87 kg) en haltérophilie.

Fabien Mbarga

Vues : 12