Réunies à l’Institut National de la Jeunesse et des Sports, les différentes participantes ont globalement été briefées sur les contenus de leur apprentissage à la fois théorique et pratique.

Jusqu’au 7 août prochain, l’association STEFY SPORT va s’appesantir sur la formation d’une bonne brochette de femmes de divers profils. Ces dernières savent désormais mieux que quiconque, l’étendue du savoir et du savoir-faire qui leur sera inculqué aussi bien en self défense qu’en secourisme. Pendant près de deux heures d’horloge, elles ont été entretenues à ce sujet par Henri Tchala Owona.

Dans sa communication, le porteur de cette initiative a clairement indiqué que l’épanouissement, la santé et le bien-être de la femme sédentaire ne s’obtiennent pas seulement à travers les marches sportives et les séances de gymnastique aérobic. C’est la raison pour laquelle, il a trouvé judicieux d’aller puiser des éléments importants dans des sports de combat comme le judo, le karaté et le nanbudo, pour organiser cette formation en self défense. Celle-ci va d’ailleurs leur permettre, in fine, d’apprendre à se défendre, sans avoir recours à une grande force physique, tout en se défoulant et en mettant tout en œuvre pour préserver leur intégrité physique.

En ce qui concerne le secourisme, l’idée de l’organisation d’une formation à ce sujet est partie du fait que les animatrices de sport pour tous de niveau I, formées lors de la première phase du projet, ont l’obligation de connaître les techniques vitales en matière de secourisme et de réanimation cardio-respiratoire, pour effectuer leur travail sur le terrain avec assurance et sérénité. Et, parmi les notions qu’elles vont apprendre à cet effet, on note en bonne place, le placement en position latérale de sécurité(PLS), la pratique de la réanimation cardio-pulmonaire et la pratique de la méthode de Heimlich, entre autres.

Sur le terrain, la formation va se dérouler de manière théorique et pratique, sous l’encadrement technique de quatre experts de haut niveau. Il s’agit notamment d’Hermance Lotsi (5è Dan de karaté, entraîneur national de karaté senior dames), Aline Esseng Abolo (3è Dan de judo, entraîneur national senior dame de judo), Shihan Serge Arnaud Enam Assam (6è Dan de Nanbudo), et de shihan Henri Tchala Owona (6è Dan de judo). Il est question pour ces derniers de rendre cette formation à la fois digeste et ludique. Elle sera ainsi combinée à des séances de gymnastique aérobic.

Avant de quitter l’INJS, les apprenantes ont eu droit à une séance de visionnage qui leur a permis de voir de manière concrète ce qu’elles vont acquérir, en termes de connaissances, tout au long de leur formation. Un avant-goût qui a davantage aiguisé leur appétit, en attendant d’entrer dans le vif du sujet dès ce vendredi 30 juillet 2021 à l’INJS.

Fabien Mbarga

Vues : 16