Les joueuses de la sélection nationale du Cameroun ont obtenu leur ticket pour la dernière étape de la compétition en venant difficilement à bout des congolaises (22-21). Vendredi prochain, elles seront face à l’ogre angolais, pour décroche leur première couronne continentale de l’histoire.

Les camerounais ne remercieront jamais assez Karichma Ekoh. Alors que beaucoup voyaient déjà se dessiner une prolongation dans la demi-finale entre le Cameroun et le Congo, la jeune arrière latérale a sorti le grand jeu. A neuf secondes du coup de sifflet final, elle a su trouver la faille dans la défense des quadruples championnes d’Afrique pour ouvrir les portes de la finale à son pays.

Grâce à ce remarquable exploit, le pays de Paul Biya atteint à nouveau l’ultime étape d’une phase finale de coupe d’Afrique des nations de la discipline, 17 ans après. « Pour moi le plus important, c’était de gagner. Même si c’est un but, même si c’est deux buts, c’est gagné… le Congo c’était une équipe à ne pas négliger et je pense que le fait qu’on s’est psychologiquement préparé avec tout le staff a payé », a fort opportunément confié l’héroïne de la rencontre en conférence de presse d’après match.

Il faut bien dire que la tâche n’a pas été facile pour les lionnes indomptables. Contrairement au Nigéria qu’elles ont facilement dominé en quart de finale (44-14), elles sont tombées cette fois sur un morceau difficile à croquer. Dominatrices dès l’entame du match, Yasmine Yotchoum et ses coéquipières ont brillé à plusieurs reprises par une certaine indiscipline sur le plan technique et tactique. Ce qui a naturellement permis aux congolaises de se mettre en confiance et de prendre le match à leur compte. Il a juste fallu un sursaut d’orgueil des camerounaises pour éviter le pire.

Après avoir surpris le Sénégal in extremis en quart de finale, les congolaises n’ont pas eu de chance face au pays hôte. «Je tiens tout d’abord à féliciter l’équipe du Cameroun qui a livré une belle bataille. On est forcément déçue. C’est à peu près le même scénario qu’en quart de finale contre le Sénégal. On aurait plutôt aimé que ça tourne en notre faveur. On a eu beaucoup d’échecs au tir et beaucoup de pertes de balles. Je pense que le match était à notre portée et qu’on aurait pu gagner. L’équipe qui a fait le moins d’erreurs et qui a le moins stressé à la fin l’a emporté. On avait une balle pour revenir à égalité, mais personne n’a osé prendre le tir, alors que les consignes du coach étaient simples », a lancé Joséphine Nkou, la demi-centre congolaise.

Pour la suite, le Cameroun a rendez-vous avec l’Angola ce vendredi 18 juin 2021 pour la finale. En 2004 en Egypte, les deux pays se sont affrontés à ce stade de la compétition et, c’est l’Angola qui avait su tirer son épingle du jeu au bout du compte (31-20).

Fabien Mbarga  

Vues : 1