Invité de « L’Equipe du soir », sur la chaîne « L’Equipe », ce jeudi 7 mai 2020, le président de l’Olympique Lyonnais a révélé que le conseil d’administration de l’OL a déposé deux recours devant le tribunal administratif de Paris, pour contester l’arrêt de la Ligue 1 d’une part, et le mode de calcul du classement d’autre part.

 

Chose dite, chose faite. Après avoir multiplié les sorties médiatiques pour dénoncer l’arrêt prématuré de la saison, Jean-Michel Aulas a finalement déposé deux recours auprès du tribunal administratif de Paris. « Nous avons beaucoup hésité à le faire », a d’abord confié JMA, ajoutant avoir pris connaissance tardivement des procès-verbaux de la Ligue de football professionnelle (LFP). « Le conseil d’administration de l’Olympique Lyonnais a pris la décision de déposer des recours », a ensuite révélé le dirigeant.

« Nous avons d’abord demandé à examiner une possible reprise de l’activité. La décision de la ministre des Sports (Roxana Maracineanu) est basée sur une date du 3 août qui n’existe pas à l’UEFA. On peut examiner en détail avec le Premier ministre (Édouard Philippe) et le ministre de la Santé (Olivier Véran), le protocole sanitaire validé par tous les pays européens, et voir s’il y a une possibilité de reprise », a expliqué le président du club rhodanien.

« Le second (recours, ndlr) est sur les modalités d’arrêt du championnat et le mode de calcul du classement », a-t-il ajouté. A titre de rappel, la Ligue 1 a été suspendue après la 28e journée, et le classement a été réalisé sur la base du quotient du nombre de points acquis par nombre de matchs joués. Logiquement, l’OL reste bloqué à la 7e place, et ne discutera pour la première fois depuis vingt-quatre ans, aucune compétition européenne. Ceci en attendant bien sûr une éventuelle victoire en finale de la Coupe de France.

Monsieur Aulas ne comprend toujours pas pourquoi son pays a pris une décision différente de celle des rivaux européens. « Pourquoi ça ne serait pas possible en France ? Et pourquoi c’est possible en Allemagne, en Italie, en Espagne et bientôt en Angleterre ? Il faudrait y regarder de plus près. Moi je ne suis pas là pour prendre des décisions, je suis là pour contester des décisions trop hâtives, et qui mettent en difficulté le football français », s’est-il offusqué.

 

GLP