Actuellement en compétition avec la sélection nationale des moins de 20 ans en Mauritanie, le jeune attaquant veut davantage donner du poids au nom qu’il porte fièrement. Il s’est confié à ce sujet à l’équipe média de la confédération africaine de football(CAF).

Dans l’ombre après deux sorties de la sélection nationale des U20 à la coupe d’Afrique des nations de leur catégorie, Étienne Eto’o Pineda a marqué les esprits le 20 février dernier en Mauritanie. Aligné à la pointe de l’attaque, la pépite de 18 ans a sorti le grand jeu. En plus de ses deux buts inscrits, il a permis à l’un de ses coéquipiers de s’illustrer également. Cerise sur le gâteau, il a été élu homme du match de la rencontre opposant le Cameroun au Mozambique (4-1).

Cette prestation XXL lui a donné plus d’envie. Elle lui a également permis de s’ouvrir aux médias pour dévoiler la grande ambition de sa carrière de footballeur. Pour lui, il est question de faire mieux que son père Samuel Eto’o Fils. «Je veux essayer d’être meilleur que lui et j’ai toujours hâte de monter sur le terrain et de donner le meilleur de moi-même. Même si je sais qu’il est difficile d’être meilleur que mon père, je veux travailler dur pour réussir comme lui », a-t-il confié à l’équipe média de la confédération africaine de football.

Né à Majorque en Espagne, Étienne Eto’o a décidé d’embrasser une carrière de footballeur dans le but de marcher sur les traces du joueur africain le plus décoré de tous les temps et par ailleurs meilleur buteur de l’histoire des lions indomptables. «Je pense qu’il est parfois naturel que votre père influence ce que vous voulez être à l’avenir. C’est la même chose, par exemple lorsque votre père est policier, vous pourriez aussi être intéressé à devenir policier. Mon père a joué un grand rôle dans ma vie et m’a incité à faire du football une carrière », a-t-il indiqué.

Même s’il est conscient que le chemin est encore très long pour faire mieux que son père, Étienne Eto’o ne perd pas espoir. Chaque jour, il est de plus en plus convaincu d’atteindre son objectif, grâce notamment au soutien de son géniteur. «Mon père a joué une énorme influence dans ma vie parce que je l’ai toujours admiré et que je veux apprendre de lui et continuer sur ses traces. Je veux toujours lui ressembler. (…) Il est toujours là pour me soutenir et me donner des conseils », a-t-il affirmé.

Très impressionnant lors du match contre le Mozambique, Étienne Eto’o est attendu ce jeudi en quart de finale contre le Ghana.

Fabien Mbarga