A travers une interview accordée à la télévision nationale, Cyrille Ntolo, le président du comité Ad Hoc des infrastructures au ministère des sports et de l’éducation physique a tenu à lever l’équivoque sur une affaire qui continue de faire les choux gras de la presse.

Entamée depuis 5 années déjà, la construction du complexe sportif d’Olembe n’est toujours pas achevée. Cette situation s’explique en partie par les tensions de trésorerie qu’ont connues tour à tour, Piccini et Magil. Dans le but de résoudre ce problème ô combien préoccupant,  le président de la  République est entré en jeu. En date du 16 février 2021, Paul Biya a ainsi signé un décret habilitant le ministre de l’économie, de la planification et de l’aménagement du territoire à signer, avec la Standard Chartered Bank de Londres et BPI France Export, une convention de crédit. Celle-ci permettra d’obtenir au bout du compte une somme de 55 166 693 111 FCFA, pour le financement du projet d’achèvement des travaux du complexe sportif d’Olembé dans la ville de Yaoundé.

Reste que, cet acte du chef de l’Etat n’a pas échappé à la vigilance d’un grand nombre de camerounais. Pas étonnant qu’il soit aujourd’hui au cœur d’une grosse polémique. Dans la presse et les réseaux sociaux, chacun y va de son commentaire. Pour ses détracteurs les plus virulents, les mots ne manquent pas. Dans un élan d’indignation, beaucoup parmi eux n’ont pas manqué de crier au scandale en dénonçant des surfacturations et des détournements de deniers publics dans la construction du complexe sportif d’Olembé.

Dans le souci de rétablir la vérité dans cette affaire, Cyrille Ntolo est monté au créneau par l’entremise de la télévision nationale. Dans un reportage diffusé ce lundi 22 février 2021, le président du comité Ad Hoc des infrastructures au ministère des sports et de l’éducation physique, a clairement indiqué que le montant total du projet de construction du complexe sportif d’Olembe reste et demeure 163 milliards de francs CFA. «Ce qui se passe, c’est que, juste après le retrait de la CAN 2019 au Cameroun, l’entreprise Piccini décide d’arrêter les travaux. Magil qui vient d’achever les travaux du stade de la réunification de Douala, se propose alors avec l’appui du gouvernement canadien d’accompagner le gouvernement dans l’achèvement du complexe sportif d’Olembe. Magil décide d’achever l’ensemble des composantes du complexe dans les limites de l’enveloppe restante du marché initial de Piccini, c’est-à-dire 50 milliards de FCFA, représentant des financements non mobilisés du premier  marché, plus 5 milliards de frais supplémentaires », a-t-il noté.

Dans la suite de ses éclairages, il a ajouté : «Les 50 milliards ne sont donc, ni un projet de détournement de milliards, encore moins une surfacturation. La Standard Chartered Bank s’est rendue compte que les procédures d’attribution  du marché à Magil étaient tout à fait régulières, aussi bien par rapport aux lois nationales qu’internationales. Elle a donc décidé de poursuivre la négociation avec le gouvernement camerounais. »

Pour rappel, le complexe sportif d’Olembe comprend dans sa composition, le stade omnisports de 60 000 places qui doit abriter le match d’ouverture et la finale de la prochaine coupe d’Afrique des nations (CAN 2021) programmée du 15 janvier au 28 février 2022.

Fabien Mbarga