L’instance faitière du football mondial s’est prononcée à ce sujet ce 16 janvier 2021 par le canal d’une correspondance de son secrétaire général Fatma Samoura, adressée à Benjamin Didier Banlock.

Attendu avec la plus grande impatience, le verdict du Tribunal Arbitral du Sport(TAS) dans l’affaire opposant la Fecafoot à AS Olympique de Meiganga et plusieurs autres clubs camerounais est finalement tombé le vendredi 15 janvier 2021. Dans ce dernier, il est mentionné entre autres, l’annulation de la décision portant proclamation des résultats des élections aux postes de président et membres du comité exécutif de la Fecafoot communiquée le 12 décembre 2018.

Au regard de cette sentence tombée tel un couperet à la veille du sixième championnat d’Afrique des nations de football qu’abrite en ce moment le pays de Paul Biya, beaucoup ont tôt fait de crier sur tous les toits, la fin du règne de Seidou Mbombo Njoya et ses collaborateurs de « la tour de Tsinga ». Mais, la joie de certains a malheureusement été de très courte durée. On le comprend aisément à travers la réaction de la FIFA. Après avoir observé un silence de quelques heures, l’instance dirigeante du football dans le monde s’est finalement prononcée par l’entremise d’une correspondance de Fatma Samoura adressée à Benjamin Didier Banlock, l’actuel secrétaire général par intérim de la fédération camerounaise de football.

Dans cette correspondance, la FIFA a décidé de botter en touche l’option de nommer un troisième comité de normalisation au Cameroun. Cette instance dirigée par Gianni Infantino s’est ainsi montrée favorable au maintien de l’exécutif fédéral actuellement en place. « Pour les  motifs retenus par le TAS, la FIFA considère également que tant la ratio legis des dispositions applicables que la nécessité d’assurer une continuité de service jusqu’aux nouvelles élections à organiser dans les meilleurs délais, justifient de laisser aux organes actuellement en place le soin d’assurer l’intérim de la FECAFOOT. La FIFA tient donc que les décisions actuelles du TAS soient exécutées dans les plus brefs délais et n’entend ainsi prendre aucune nouvelle décision en l’état », a écrit la secrétaire générale de la FIFA.

Il convient toutefois de noter que «Le mandat exceptionnel ainsi accordé aux organes actuellement en place sera strictement encadré par la FIFA. Il sera limité aux tâches permettant d’assurer la continuité des affaires courantes et celles liées à la finalisation à brève échéance du processus d’adoption des statuts et textes règlementaires requis à l’organisation de nouvelles élections », a souligné Fatma Samoura.

Réagissant par voie de communiqué à cette correspondance de Fatma Samoura, le Fecafoot a indiqué « qu’elle entend se conformer et appliquer la décision du TAS et les prescriptions de la FIFA ».

Fabien Mbarga