Répondant aux questions des médias ce mercredi 13 janvier 2021, l’attaquant des lions A’ s’est voulu plus que réaliste. Pour lui, il faut absolument se donner à fond sur le terrain pour pouvoir remporter le prochain CHAN. 

Dans quelques heures seulement, le Cameroun va abriter la sixième édition du championnat d’Afrique des nations de football (CHAN 2020). Parmi les 33 lions indomptables retenus par Martin Ndtoungou Mpilé pour prendre part à cette compétition, il y a bel et bien Jacques Zoua Daogari. Rentré au bercail en raison de la pandémie de la Covid-19,  le champion d’Afrique 2017 a été invité par plusieurs personnalités du monde du football camerounais (parmi lesquelles Gweha Ikouam Fils) à défendre les couleurs de son pays, alors même qu’il était sollicité par plusieurs clubs aussi bien en Europe qu’en Asie.

Sa présence dans la tanière est donc une preuve indéniable de son patriotisme. «Un joueur de l’équipe nationale est comme un soldat ; quand on a besoin de lui, il se doit de répondre présent. (…) Mon patriotisme n’a pas de prix. C’est un gros sacrifice en effet, mais je me dois de faire mon devoir vis-à-vis de mon pays. C’est pourquoi j’ai accepté de rester au Cameroun afin de disputer ce CHAN », a-t-il confié aux médias qui l’ont interviewé ce 13 janvier 2021 à l’hôtel Mont Febe.

Pour avoir déjà fait ses preuves à l’étranger à travers de grands championnats européens, Jacques Zoua est considéré aujourd’hui comme l’un des atouts majeurs de la sélection nationale A’. Malgré tout, l’ancien buteur du FC Bâle en Suisse est réaliste. Sa seule présence sur le terrain ne devrait en aucun cas être considérée comme un gage de victoire. «Il faut qu’on reste lucide : ce n’est pas parce que je suis là que nous allons automatiquement gagner. C’est sur le terrain que nous devons à présent nous battre », a-t-il indiqué.

L’ancien sociétaire de Coton Sport de Garoua est toutefois conscient du fait que ses coéquipiers et lui sont entendus sur le terrain. Encore que beaucoup ont été déçus de leur prestation lors du mini CHAN qui s’est déroulé à Yaoundé il y a quelques jours de cela (02 défaites et 01 nul en Trois sorties). « Au regard de mon statut dans l’équipe, je n’ai pas le droit de commettre la moindre erreur. Vous savez, le public camerounais est très exigeant. (…) Nous allons y aller pas à pas, prendre un match après l’autre. Toute l’équipe est concentrée et déterminée. Nous sommes prêts physiquement et mentalement. Nous allons nous donner à 1000 % », a-t-il noté.

Le Cameroun et le Zimbabwe ouvre le bal de la compétition samedi prochain à 17h, au stade omnisports Ahmadou Ahidjo. La compétition s’achève le 07 février prochain.

Fabien Mbarga