Lancée officiellement le 9 novembre dernier à Yaoundé, l’initiative mise en œuvre sur le terrain par l’association STEFY SPORT se poursuit dans une sérénité et un professionnalisme remarquables. Après un peu plus de deux semaines d’enseignements à la fois théoriques et pratiques, les participantes font désormais face aux évaluations. Elles viennent d’ailleurs d’avoir la visite d’une délégation de la CONFEJES, avec à sa tête Abdoul Baki Abdoul Rachid.  

A l’exemple des fourmis dans une fourmilière, la fine crème des enseignants de l’Institut national de la jeunesse et des Sports(INJS) est à l’ouvrage depuis plusieurs semaines déjà, dans le cadre de la mise en œuvre effective du projet pilote « Femmes-sport-santé ». Sur le terrain, chaque formateur joue sa partition de manière pleine pour la bonne marche en avant de cette initiative qui porte l’estampille de la conférence des ministres de la jeunesse et des sports de la francophonie(CONFEJES). A preuve, la phase I consacrée à la formation de 100 animatrices régionales de niveau I tire déjà à sa fin.

Après avoir tourné la page de la séquence des cours théoriques et pratiques (connaissances à la fois fondamentales, techniques, spécifiques, entrepreneuriales et professionnelles, Ndrl), les participantes sont désormais évaluées par vague à l’INJS dans le but de mieux consolider les acquis sur le plan pédagogique. «J’avoue qu’en venant prendre part à cette formation, j’ignorais qu’elle allait être aussi importante et édifiante. J’ai vraiment beaucoup appris. Je suis quasiment rentrée à l’école en ayant des notions en anatomie, en physiologie, bref les bases du sport pour tous en général. J’apprécie beaucoup ce qui est fait par les formateurs. Depuis le début, ils nous ont vraiment tout donné », a confié Carole Rolande Ayombi, l’une des animatrices régionales de niveau I.

En plus des femmes, le comité de mise en œuvre de ce projet a jugé utile d’intégrer des hommes dans la formation. «Bien que notre objectif principal dans cette phase de formation est d’autonomiser la gent féminine en matière d’encadrement et de pratique des activités physiques et sportives(APS), et de promouvoir ou d’encourager l’émergence de l’activité entrepreneuriale au sein de cette population en ce qui concerne l’encadrement en activité physique et sportive de santé, nous avons ouvert la formation à une dizaine d’hommes qui a sollicité avec insistance la participation à cette formation. C’est une ouverture, voire une tolérance qui peut être comprise en termes de non exclusion. C’est un accompagnement des hommes qui sont majoritaires dans ce domaine, mais qui manifestent à travers cet acte, leur solidarité à cette initiative », a expliqué Henri Tchala Owona, le promoteur de l’association STEFY SPORT.

Et, comme une hirondelle qui annonce le printemps, une délégation de la CONFEJES ayant à sa tête Abdoul Baki Abdoul Rachid, le directeur des programmes EPS/SPORT de cette organisation, a effectué une visite ce mercredi 25 novembre à l’INJS dans le but de toucher du doigt l’implémentation de ce projet sur le terrain. Reçus par Chamberlain Wadoum Fofou, le directeur adjoint de l’INJS, Abdoul Baki Abdoul Rachid et sa suite ont été agréablement surpris au regard de ce qu’ils ont vu et entendu. Une belle façon de confirmer tout le sérieux et le professionnalisme dont fait montre STEFY SPORT depuis une vingtaine d’années déjà, dans le cadre de la promotion de la pratique des activités physiques et sportives pour la santé et le bien-être des populations.

Pour rappel, cette première phase du projet s’achève en principe le 12 décembre prochain par la remise des attestations de fin de formation aux animatrices régionales de niveau I. En attendant ce dernier acte, les évaluations se poursuivent jusqu’au 28 novembre. Passée cette étape, il y aura une session de restitution (révision générale, et correction des sujets traités pendant les évaluations) entre le 30 novembre et le 2 décembre.

La mise en œuvre du projet dans son entièreté s’étale sur une période de 10 mois. La phase II concerne la sensibilisation de 1000 femmes à la pratique de l’activité physique et sportive.

Fabien Mbarga