D’après des témoignages, le véhicule dans lequel se trouvait l’ancien capitaine des Lions Indomptables (1997- 2014), a percuté un bus sur l’axe Douala-Bafoussam ce dimanche, 8 novembre 2020.

« Il va bien le 9. Il est à son domicile et se porte bien. Il est au Cameroun. Aucun danger signalé. Il va rassurer ses fans d’ici à demain. Merci à vous et bonne soirée ». Cette publication est de Martin Camus Mimb. Le journaliste de sport et commentateur des matchs de football, l’a faite sur sa page Facebook ce dimanche, 8 novembre 2020 en début de soirée. Ladite publication intervient après les deux premières qu’il a faites en journée au sujet de l’accident de la circulation dont a été victime Samuel Eto’o, sur l’axe Douala-Bafoussam. « Victime d’un violent accident de la circulation au niveau de Nkongsamba, il y a quelques heures, alors qu’il rentrait de l’Ouest où il a pris part ce week-end à plusieurs festivités, le meilleur buteur de l’histoire des Lions Indomptables que j’ai personnellement eu au téléphone, se porte bien. Dieu est grand ! », lit-on dans le premier post. Le deuxième quant à lui, présente le véhicule dans lequel se trouvait l’ancien capitaine de l’équipe nationale de football fanion du Cameroun (1997-2014). L’avant de cette voiture est amochée.

Selon des témoignages, le véhicule a percuté un bus de transport interurbain. L’annonce de cet accident de la circulation a enflammé les réseaux sociaux. Les photos du quadruple ballon d’or africain (2003, 2004, 2005 et 2010), font le tour de la toile. Elles sont accompagnées de messages de réconfort et des prières élevées par des internautes. « Dieu soit loué et glorifié. Il t’a sorti vivant de cet accident. Une route sur laquelle beaucoup laissent leur vie. Eto’o Fils loue davantage le grand Dieu », conseille une internaute. « Vraiment, nous remercions Dieu tout puissant de l’avoir sauvé. Le grand Samuel Eto’o vivra longtemps. Rien de mal ne lui arrivera par la grâce de Dieu », prophétise un autre internaute. D’après des sources, l’axe Douala-Bafoussam est réputé accidentogène. Les voyageurs déplorent le mauvais état des routes qui relient ces deux villes du pays.

P. Bilong