Doté d’une forte personnalité, le milieu de terrain de 27 ans ne baisse pas le ton lorsqu’il faut parler des problèmes qui minent la sélection nationale. Plusieurs mois après avoir fustigé les choix de Clarence Seedorf, il est monté à nouveau au créneau pour avouer qu’il ne regrette rien.

En juin 2019, Petrus Boumal n’a pas eu l’occasion d’arborer le maillot des lions indomptables pour disputer la coupe d’Afrique des nations en terre égyptienne. La faute à Clarence Seedorf. Après l’avoir présélectionné pour cette compétition, le sélectionneur de l’époque a finalement choisi de ne pas garder le milieu de terrain dans son effectif. Une situation que ce dernier a eu beaucoup de mal à digérer.

Et pour exprimer son mécontentement, il s’est confié à l’un de ses proches qui n’a pas hésité à son tour à mettre l’élément audio de leur conversation à la disposition de la presse. Dans l’un des extraits publiés, Boumal s’est par exemple chargé de tirer à boulet rouge sur Samuel Eto’o et sur l’entraîneur de l’époque. «Kaptoum, il ne joue pas à Séville, mais il est sélectionné parce que c’est le fils d’Eto’o. Même s’il ne joue pas, il est content d’être là, mais de toute façon, il ne peut pas revendiquer une place de titulaire. Oyongo, Anguissa, Fai Collins, eux aussi ils n’aiment pas Eto’o, ils ont bien compris qu’il fait trop de magouille », avait-il déploré.

Plus d’un an après cette séquence vécue par plus d’un comme un scandale, l’actuel sociétaire d’Erzurumspor n’éprouve pas le moindre remords. Bien au contraire. Dans une nouvelle sortie, il a d’abord tenu à apporter plus d’éclairages sur le sens à donner à ses propos. «C’est vrai que les choix des coaches peuvent décevoir souvent mais après on accepte ! J’ai été peut-être mal compris quand j’ai essayé de parler de certaines choses mais en aucun cas je remets en cause les choix des coaches ou les choix des dirigeants(…) même si c’est vrai que je pense qu’il y a beaucoup de gens qui ont pensé que j’ai été aigri, loin de là », a-t-il expliqué dans des propos relayés par plusieurs médias parmi lesquels, Cfoot Magazine.

Loin de s’arrêter à ce point, il a clairement ajouté : «J’assumais ce que je disais, je n’ai manqué de respect à personne, je n’ai anéanti qui que ce soit; d’ailleurs je les respecte tous. Tout a été clarifié. Dans ce monde, il y a beaucoup de gens qui font certaines choses et s’excusent alors que non, il ne faut pas s’excuser quand tu es en accord avec ce que tu dis et que ta conscience est bonne, tu n’as pas à t’excuser. »

Des propos qui ne sont pas de nature à plaire aux dirigeants du football camerounais. De quoi rendre hypothétique son retour en sélection.

Fabien Mbarga