L’association que dirige Henri Tchala Owona vient de s’engager dans la réalisation d’un projet novateur, grâce à un partenariat établi avec la Conférence des Ministres de la Jeunesse et des Sports de la Francophonie (CONFEJES). A quelques jours de son démarrage effectif à Yaoundé, tout est mis en œuvre pour atteindre les résultats attendus in fine.

« Pour votre santé, bougez », rappelait, fort opportunément, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en 2003, dans le souci de faire comprendre à tous et à chacun, les bienfaits de l’activité physique et sportive pour la santé et le bien-être. Au Cameroun, ce message n’est pas tombé dans des oreilles de sourds. C’est peu de le dire aujourd’hui, au regard de l’engagement remarquable de l’association STEFY SPORT qui joue pleinement sa partition dans ce sens depuis une vingtaine d’années déjà. Après avoir tenu le pari de l’organisation de la 20è édition de l’ascension du Mont ELOUMDEN (organisée dans le but de lutter contre la sédentarité sous toutes ses formes en période de Covid-19, Ndrl), cette association vient de s’engager sur un nouveau chantier.

Il s’agit de la réalisation d’un projet novateur intitulé: « Promotion et effets de la pratique du sport sur la santé chez les femmes sédentaires de la ville de Yaoundé ». Financé en grande partie par la CONFEJES à hauteur de 7 millions de francs CFA, ce projet sera réalisé dans la capitale politique du Cameroun, pendant une période de 10 mois. D’une manière générale, il va contribuer à l’amélioration de la visibilité et de l’impact des interventions de la CONFEJES en matière de promotion de la santé de la gent féminine, par la pratique des Activités Physiques et Sportives (APS) de qualité dans le monde en général et au Cameroun en particulier.

Dans le détail, ce projet est construit autour de deux principaux axes. Dans un premier temps, il sera question, en cette période de crise sanitaire liée à la pandémie du coronavirus, de procéder à la formation de 100 animatrices régionales de niveau 1. Celles-ci seront recrutées aussi bien dans le secteur formel qu’informel. Par la suite, elles vont procéder, sous la supervision d’une équipe de professionnels de l’Institut National de la Jeunesse et des Sports (INJS), par ailleurs partenaire technique de l’association STEFY SPORT, à la sensibilisation de 1000 femmes à la pratique régulière et méthodique des APS. L’idée étant de mettre la barre plus haut, une troisième phase consacrée à la prise en charge de 400 femmes sédentaires, saines ou atteintes de certaines maladies métaboliques par la pratique de l’activité physique et sportive est envisagée.

Il faut dire que l’ambition de réaliser un tel projet découle d’un appel à projet expérimental, lancé il y a quelques mois de cela par la CONFEJES, dans le cadre de la thématique « Femmes-sport-santé ». Après avoir fait acte de candidature au même titre que plusieurs autres associations et organisations, STEFY SPORT a été la seule entité camerounaise dont le projet a retenu l’attention du jury international réquisitionné pour la circonstance. Son projet a ainsi été classé par ordre de mérité, au quatrième rang des treize meilleurs projets sélectionnés. C’est dire tout le sérieux et le professionnalisme dont fait montre cette association depuis sa création en 2001.

En attendant le lancement officiel de la première phase du projet expérimental, une équipe de professionnels est déjà à pied d’œuvre et travaille de manière acharnée pour atteindre avec efficience, les résultats escomptés.

Fabien Mbarga