Dans une sentence arbitrale rendue ce mardi 15 septembre, le Tribunal arbitral du sport (Tas) rejette l’appel déposé par la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) à l’encontre de la décision de la Chambre de conciliation et d’arbitrage (CCA) du Comité national olympique et sportif du Cameroun (CNOSC), confirmant le maintien de New Stars en Elite One.

C’est un nouveau camouflet pour la Fecafoot. Vingt-quatre seulement après avoir perdu son combat juridique contre la Ligue de football professionnel du Cameroun (LFPC), l’exécutif dirigé par Seidou Mbombo Njoya s’incline cette fois contre New Stars. En effet, le Tas vient de rejeter l’appel déposé le 29 novembre 2019 par l’instance dirigeante du football camerounais, à l’encontre de la décision rendue le 21 octobre 2019 par la CCA du CNOSC, actant le maintien de l’équipe de Douala en 1ère division.

A l’origine de ce long feuilleton judiciaire, les réserves de qualification portées par les Nouvelles Etoiles contre Tangi Eric Aloh, à l’issue de la défaite concédée contre Astres lors de la 5e et dernière journée des Play-offs down. Alors que l’équipe de Faustin Domkeu estimait que le joueur concerné n’appartenait pas à son adversaire, la commission d’homologation et de discipline de la LFPC ne lui a pas donné raison. Elle a pourtant reconnu que celui-ci a signé chez les Brésiliens de Bépanda alors qu’il était encore sous contrat avec Botafogo, et lui a infligé une suspension de deux ans avec sursis.

Malgré que la Chambre a résolu cette injustice, la Fédération s’est entêté à ne pas réintégrer New Stars en Elite One la saison dernière. Elle a pour cela maintenu le club en Elite Two, en programmant régulièrement les matchs de celui-ci dans cette compétition. Réclamant l’application du verdict susmentionné, la formation de Douala a décidé de boycotter toutes ces rencontres. Cela a contraint la Fecafoot à ne plus la programmer, et à ne plus l’inclure dans le classement du championnat.

Ainsi, la compétition s’est poursuivie avec 14 participants, Astres FC ayant accepté, après plusieurs tergiversations, d’évoluer en division inférieure. Le club bénéficiait pourtant lui aussi d’une décision de la CCA confirmant également son maintien en Elite One. Après avoir refusé d’appliquer cette autre sentence, la Fecafoot a finalement demandé au club de la capitale économique d’évoluer en Elite Two, avec la garantie de monter en Elite One quel que soit sa position au classement à l’issue de la saison.

GLP