Dans sa sentence rendue ce lundi 14 septembre, dans le dossier Ligue de football professionnel du Cameroun (LFPC) contre Fédération camerounaise de football (Fecafoot), le Tribunal arbitral du sport (Tas) juge illégale la suspension de la LFPC par la Fecafoot.

L’entêtement de Pierre Semengue a finalement payé. Malgré les multiples déconvenues subies depuis la suspension le 22 août 2019, de la LFPC, par le bureau du comité exécutif de la Fecafoot, le Général n’a jamais baissé les bras. Une témérité finalement récompensée par le Tas. L’instance juridique suprême du sport mondial, donne raison au président de la LFPC. Selon elle, « la suspension de la Ligue de football professionnel du Cameroun est illégale, à tout le moins depuis le 18 octobre 2019 ».

La date du 18 octobre 2019 mis en avant ici, c’est le lendemain du jour où l’assemblée générale (AG) ordinaire de la Fecafoot ne s’est pas clairement prononcée sur la suspension de la LFPC, confirmée par son comité exécutif le 3 septembre 2019. Pour ce faire, l’instance basée à Lausanne en Suisse estime que l’oragne n’ayant pas confirmé cette décision, « la suspension de la Ligue de football professionnel du Cameroun a pris fin le 18 octobre 2019 ».

De ce fait, « les droits de la Ligue de football professionnel du Cameroun, notamment ceux liés à l’organisation des championnats professionnels de football au Cameroun, sont pleinement rétablis à compter du 18 octobre 2019 ». Concrètement, la création du Comité technique transitoire (CTT), et l’attribution des compétences de la LFPC à celui-ci, serait illégales. Si tel est le cas, c’est toute la saison 2019/2020 de l’Elite One et de l’Elite Two qui devrait être annulée.

Ainsi dit, PWD Social Club of Bamenda et Astres de Douala devraient en principe être déchus de leur titre respectif de champion de l’Elite One et de l’Elite Two. Pour le moment, la Fecafoot a tout simplement pris acte de ce verdict. « A cet égard, et tenant compte des perspectives liées au championnat d’élite, la Fecafoot va soumettre la sentence du Tas à ses organes internes compétents, à savoir le comité exécutif et l’assemblée général, respectivement prévus les 24 et 25 septembre 2020, pour les suites à lui accorder », promet-elle.

GLP