L’ancien capitaine des Lions Indomptables à la Coupe du monde de football 1990 en Italie, a rendu l’âme ce vendredi à Yaoundé à 57 ans.

Fin de semaine triste dans la tanière. Stephan Tataw, est décédé. L’ancien  capitaine des Lions Indomptables de football, a rendu l’âme ce vendredi, 31 juillet 2020 à Yaoundé des suites de maladie. L’ancien arrière latéral droit de l’équipe nationale de football fanion du Cameroun (1986-1994) a tiré sa révérence à 57 ans. La nouvelle de son décès fait le tour des réseaux sociaux depuis quelques heures. Des messages de condoléances accompagnent les images de l’ancien joueur du Tonnerre de Yaoundé (1988-1991). « Stephen Tataw s’en est allé. Un autre Lion nous quitte en ces temps difficiles. Les souvenirs se bousculent. Ceux de la Can remportée ensemble au Maroc en 1988, de la Coupe du monde en Italie deux ans plus tard…Adieu capi ! Rip », écrit Joseph Antoine Bell, son ancien coéquipier sur sa page Facebook. En retrait depuis quelques mois, l’une des dernière sortie du champion d’Afrique 1988, remonte à la cérémonie de tirage au sort de du Championnat d’Afrique des nations (Chan) 2020  en février dernier à Yaoundé.

Après huit années dans la tanière, Stephen Tataw, comptait parmi les légendes du football camerounais. Il faisait partie de l’épopée glorieuse des Lions Indomptables à la Coupe du monde de football 1990 organisée en Italie. Capitaine de l’équipe à cette compétition, Stephen Tataw et ses coéquipiers avaient atteints les quarts de finale de cette compétition. Ce qui a permis au Cameroun de devenir la première nation africaine  de football à atteindre cette étape dans une phase finale de Coupe du monde. Avec 43 sélections et deux inscrits, le natif de Yaoundé, a participé à trois éditions de Coupe d’Afrique des nations (Can) de football (1988, 1990 et 1992) et deux éditions de Coupe du monde (1990 et 1994). Premier footballeur africain à déposer ses valises au Japon où il s’est engagé avec Tosu Futures (1994-1996), le Camerounais avait en son temps marqué des esprits. Sa disparition est un coup dur pour ses anciens coéquipiers, ses fans et le football camerounais.

P. Bilong