La randonnée qui s’est déroulée le samedi 18 juillet dernier à Yaoundé, a connu plusieurs points de satisfaction. Du taux de participation à la couverture sanitaire, en passant par le respect strict des mesures barrières, le comité d’organisation a su tenir la dragée haute. Un résultat qui vient davantage rehausser la notoriété de cet événement.

Partir à la montagne a été un véritable régal pour l’ensemble des marcheurs qui ont répondu à l’invitation d’Henri Tchala Owona. Pendant de longues heures, chacun à son niveau a pu bénéficier, de manière pleine, des bienfaits de cette colline rocheuse qui culmine à un peu plus de 1000 mètres d’altitude. Au delà de l’air frais et pur que procure le mont Eloundem, les randonneurs ont pu découvrir sa verdure luxuriante. Une belle occasion de communiquer avec cette nature d’une beauté singulière. A côté du relief saisissant, il faut bien noter sur le parcours de l’ascension, des croix sur lesquelles figurent des objets de piété. Pour se requinquer, beaucoup n’ont pas résisté à la tentation de s’abreuver à un point d’eau d’une saveur exquise.

La cerise sur le gâteau a été le passage dans l’un des lieux de recueillement de ce mont, à cheval entre Yaoundé et Mbankomo. La grotte ainsi visitée n’a laissé personne indifférent. « Cette grotte est un haut lieu de spiritualité. Quoi de mieux que s’élever en montagne pour se ressourcer et se recréer, pour nous qui sommes des chrétiens. Jésus lui-même est allé au sommet des montagnes pour faire le lien entre le ciel et la terre. A chaque fois qu’il avait une grande activité, une grande mission, il s’élevait pour redescendre sur terre et accomplir sa mission de la manière la plus optimale et la plus efficace possible », a indiqué Henri Tchala Owona, le promoteur de cette activité.

Dans l’ensemble, cette 20è édition de l’ascension du mont Eloundem a été une grande réussite. Parmi les points de satisfaction relevés par le comité d’organisation, on note en bonne place le taux de participation. Cette année, un peu plus de 80 personnes de profils différents ont pris part à ce rendez-vous à la fois sportif et touristique.  Sur le plan de la sécurité, plusieurs personnes ont été déployées sur le terrain pour assurer le bon déroulement de l’ascension à tous les niveaux et dans le respect de la distanciation physique et autres mesures barrières. Aucun incident majeur n’a ainsi été déploré, en dehors de quelques chutes minimes dues au relief. Celles-ci ont d’ailleurs fait, à chaque fois, l’objet de quelques applaudissements en guise d’encouragement.

En cette période de crise sanitaire, l’objectif recherché a été atteint de manière satisfaisante. « Cette ascension a été l’un des meilleurs moyens de s’auto-évaluer, d’évaluer sa santé, sa condition physique et de se maintenir pour le futur. N’oubliez pas qu’après le covid-19, il y a une vie. Les ambitions que nous avons, nous devons les maintenir. Et pour y arriver, il faudrait que nous soyons des hommes forts et debout. Il n’y a rien de mieux qu’un homme en bonne condition physique pour la performance au niveau du rendement professionnel. La sédentarité à laquelle nous expose cette pandémie, c’est de faire de nous des hommes faibles et incapables de répondre aux obligations que la société attend de nous », a conclu Henri Tchala.

Il est donc question de pérenniser cette activité qui a grandement besoin du soutien des mécènes et autres sponsors.

Fabien Mbarga