Le report du CHAN et de la CAN est une véritable bouffée d’oxygène pour l’ensemble du comité local d’organisation. Pour le président du COCAN, il s’agit d’une opportunité rêvée pour achever les différents chantiers en cours. Il l’a clairement avoué à nos confrères de Cameroon tribune.

Très attendues par plus d’un, les décisions de la CAF sont connues de manière officielle depuis ce 30 juin 2020. En raison de la crise sanitaire actuelle qui continue de sévir à travers le monde entier, le CHAN et la CAN ont été reportés à des dates ultérieures. Le championnat d’Afrique aura ainsi lieu en janvier 2021, tandis que la coupe d’Afrique des nations se tiendra un an plus tard. Un verdict  plus que satisfaisant qui a été salué à juste titre par le président du comité d’organisation de ces deux compétitions. « C’est un sentiment jubilatoire dans la mesure où ces importantes décisions confortent la pertinence de l’option du président de la République, Son Excellence Paul Biya, de faire du Cameroun une terre d’accueil de très importantes compétitions continentales que sont le CHAN et la CAN(…) Avec les décisions prises, les perspectives sont plus claires. Nous savons que le CHAN aura lieu dans six mois, la CAN en janvier 2022 et éventuellement la Ligue des champions en fonction de l’évolution de la pandémie, qui se jouera dans la magnifique enceinte du stade de Japoma », a confié Narcisse Mouelle Kombi, dans une interview accordée au quotidien gouvernemental Cameroon tribune.

La décision de la confédération africaine de football arrive à un moment où la question de l’achèvement de plusieurs infrastructures dédiées à la CAN se pose avec acuité. Cette reprogrammation apparaît donc comme une occasion de plus pour rattraper le retard observé au niveau de certains chantiers, aussi bien à Garoua qu’à Yaoundé. «Nous remettons les pendules à l’heure(…) S’agissant de la CAN, nous pouvons dire que sur la quasi-totalité des sites, les travaux nécessaires sont en bonne voie. A Olembe par exemple, le rythme s’est accéléré et inspire la confiance dans l’optique de le livrer en octobre prochain, du moins en ce qui concerne l’infrastructure sportive. Ce qui est clair, c’est que nous nous remettons résolument au travail pour faire mieux encore que ce qui aurait pu être fait en 2021 », a-t-il souligné.

En ce qui concerne le championnat d’Afrique(CHAN), il n’y a pas de soucis à se faire. Sur le plan infrastructurel, tout est fin prêt pour accueillir ce rendez-vous. «Nous avions le curseur placé à un bon niveau en mars, à trois semaines du début du CHAN. Avec l’ensemble du COCAN, sous la coordination du premier ministre, chef du gouvernement et président du Comip-Can, et sur les hautes instructions du chef de l’Etat, le Cameroun s’apprêtait à accueillir avec enthousiasme l’Afrique. Nous étions clairement prêts », a-t-il indiqué.

Fabien Mbarga