Maître Doshu Soke Yoshinao Nanbu est décédé ce mardi 28 avril 2020, à Paris en France, de suite de maladie. Le fondateur du Nanbudo meurt à l’âge de 77 ans. Soixante-dix-sept années pour la plupart consacrées aux arts martiaux. 

 

« La Fédération camerounaise de Nanbudo a l’immense tristesse d’informer l’opinion nationale du décès de Doshu Soke Yoshinao Nanbu, le fondateur du Nanbudo », écrit le président de l’institution dans un communiqué. « Me Nanbu, ceinture noire 10e dan, né en 1943 à Kobe au Japon, meurt à 77 ans, au terme d’une vie  pleine et entièrement consacrée aux arts martiaux », ajoute Me François Mbassi.

Parlant justement de son histoire avec les sports de combat, celui qui a pendant longtemps séjourné au Cameroun, était un combattant né. En effet, il est issu d’une famille de pratiquants d’arts martiaux. Son arrière-grand-père était « yokozuna » (rang le plus élevé que peut atteindre un pratiquant de lutte japonaise), son père 5e dan de judo, et sa mère pratiquait le naginata jutsu (l’art du maniement de la naginata [longue épée à lame courbée]).

Dès l’âge de cinq ans, le petit Nanbu accompagne son père au dojo (salle où on pratique les arts martiaux). A l’école primaire, il pratique le Kendo sous la direction de son oncle, mais opte pour le karaté une fois adolescent. Le jeune homme devient de ce fait capitaine de l’équipe de karaté de l’université d’Osaka où il étudie. En 1963, Yoshinao Nanbu remporte le prix de champion universitaire du Japon. A l’issue de cette victoire, le champion nourrit le rêve de consacrer sa vie à la pratique des arts martiaux.

En visite au Japon, Henri Plée est séduit par les performances et la motivation de Me Nanbu, et l’invite à enseigner dans son dojo à Paris en France. Ce qu’il fera entre 1964 et 1968, avant d’ouvrir son propre centre. Dans l’optique de développer un style plus personnel, basé sur l’esquive et la contre-attaque, il crée en 1970, le « karaté Sankukai ». En perpétuelle recherche de nouveaux horizons, le Japonais sort de deux années de retraite, et invente finalement le Nanbudo en 1978. Une discipline désormais orpheline de son Maître.

 

GLP