En dépit du ralentissement des travaux, causé par la pandémie de coronavirus, le ministre des Sports a constaté durant sa visite de contrôle «des évolutions notables» sur le complexe d’Olembé dont le stade doit en principe accueillir l’ouverture de la prochaine Coupe d’Afrique des Nations.

 

Le ministre des Sports et de l’Education physique et président du COCAN 2021 a procédé hier 14 avril à une visite du chantier de construction du Complexe d’Olembé qui doit abriter des rencontres de la CAN 2021. En compagnie du Gouverneur de la région du Centre, le Professeur Narcisse Mouelle Kombi a pu se faire une idée de l’avancement des travaux à un moment où toutes les activités sont freinées à cause de la crise liée au coronavirus. Des vestiaires et les salles de conférence en cours de finition, l’installation des mats d’éclairage et l’ensemencement de l’aire de jeu du stade principal ont donné satisfaction au patron des Sports qui a tout de moins prescrit une mobilisation maximale des moyens techniques, en espérant une amélioration des conditions sanitaires afin d’accélérer les travaux pour que le complexe dispose d’un stade opérationnel en vue de la Coupe d’Afrique des Nations.

De son côté, l’entreprise canadienne MAGIL se montre plutôt optimiste et compte livrer l’ouvrage dans les délais, selon son vice-président en charge des opérations internationales Franck Mathiere. «Les annexes A et B sont à moins trois semaines de la fin des travaux. Concernant le stade principal, nous évoluons sur les trois niveaux en parallèle, ainsi que sur les voiries et le futur héliport. Concernant l’aire principale, nous avons pu ensemencer (le 13 avril dernier) après avoir dédouané les équipements et les semences. Donc, nous commençons l’arrosage et d’ici quelques semaines, l’herbe va devenir verdoyante et nous allons maintenir ça en entretien. Il nous faut désormais trois mois pour que la semence puisse devenir du gazon, le gazon puisse avoir ses racines et les racines puissent venir renforcer».

 

Russel Ngalle