Après l’échec du Cameroun contre la Zambie (3-2 et 1-2), lors du dernier tour qualificatif aux Jeux Olympiques Tokyo 2020, le sélectionneur des Lionnes Indomptables a accusé l’adversaire d’avoir des hommes dans son équipe. Interrogée par « Equinoxe Télévision » lundi 30 mars 2020, la Lionne Indomptable estime que ce débat n’a pas lieu d’être.  

 

Contrairement à son entraîneur, Nchout Njoya Ajara ne croit pas que certaines joueuses zambiennes soient des hommes. « Il y a des femmes qui ont plus les hormones hommes. Elles (les Zambiennes suspectées, ndlr) jouent toutes en Europe. Le coach a insisté qu’on porte réserve parce que la Caf (Confédération africaine de football) avait refusé que les joueurs incriminés jouent la Can (Coupe d’Afrique des nations) », a confié l’attaquante de Valerenga au cours de l’émission « 100% Foot » sur « Equinoxe Télévision ». 

Le 10 mars, à l’issue de la défaite contre la Zambie (1-2), le coach de la sélection féminine avait confirmé avoir porté des réserves de qualification contre certaines joueuses adverses. « Vous savez, nous avons porté des réserves contre ces garçons qui ont pesé de leur poids dans ce match. J’espère que la Caf et la Fifa (Fédération internationale de football association) verront un peu plus claire dans ce dossier », avait affirmé Alain Djeumfa. Il confirmait ainsi une information révélée par la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) après la victoire des Camerounaises sur les Zambiennes (3-2). 

En effet, avant ce match aller comptant pour le dernier tour éliminatoire des Jeux olympiques Tokyo 2020, la Fecafoot  a déposé auprès de la Fifa, une requête en vue de la vérification du sexe exacte de Rachael Nachula (20), Barbara Banda (11) et Lungu Ireen (14). Selon le secrétaire général de l’instance faîtière du football national, ces dernières « ont des morphologies assez proches de celle des hommes ». « On demande juste des vérifications », précisait Benjamin Didier Banlock.

Que ces dernières soient des femmes ou des hommes, cela n’a aucune importance pour Njoya Ajara. Pour la buteuse des Lionnes Indomptables, le plus important c’est de se focaliser sur le match de rattrapage prévu contre le Chili, afin de se qualifier pour les JO 2020 (désormais prévus du 23 juillet au 8 août 2021).

 

GLP