Une délégation de la Fédération internationale de football association (Fifa) est arrivée au Cameroun ce mercredi 12 février 2020. Sa mission sera de toucher du doigt la façon dont le programme Forward est implémenté par la Fédération camerounaise de football (Fecafoot). 

 

Initialement attendu en décembre 2019, la délégation Fifa du programme Forward est arrivée au Cameroun hier mercredi. Céline Zigaul, manager du programme de développement Afrique et Caraïbes, et El Hadji Wack Diop, manager du bureau régional de développement Afrique de l’Ouest et du Centre, ont été accueillis par le secrétaire général de la Fecafoot. C’est en effet Benjamin Didier Banlock qui dirigera l’équipe pendant cette mission qui s’achève vendredi 14 février 2020.

Les émissaires de la Fifa travailleront principalement sur la façon dont le programme Forward est mis en œuvre par l’instance du football national. Ils s’appesantiront également sur comment parvenir à une optimisation de l’utilisation des fonds mis à disposition du Cameroun dans le cadre de cet outil de développement du football. Ce jeudi, les envoyés de la Fifa vont s’intéresser aux compétitions nationales, avec un accent particulier sur le football féminin et le football des jeunes, dont les ligues spécialisées viennent d’être créées.

Le reste du temps sera consacré aux projets que la Fédération camerounaise de football conduit, ou envisage de soumettre au financement de l’institution en charge du football mondial. Le président de la Fédération, Seidou Mbombo Njoya, a annoncé à la dernière assemblée générale, le projet d’acquisition d’une unité légère de production audiovisuelle. Le 05 novembre 2019, la Fecafoot avait déjà annoncé vouloir construire un bâtiment administratif R+1, et un autre de futsal, entre autres, dans son Centre technique à Odza à Yaoundé.

Tous ces projets pourraient entrer dans le « Forward 2.0 », lancée le 1er janvier 2019, et qui prendra fin le 31 décembre 2022. Il remplace le « Forward 1.0 », portant sur la période 2016-2018. La différence entre les deux c’est la hausse de 20% des fonds annuels alloués aux cent-onze associations et six confédérations membres de la Fifa. Qu’à cela ne tienne, les précédents financements dont a bénéficié le Cameroun dans le cadre des programmes « Goal 1 » et « Goal 3 », n’ont pas toujours été utilisés à bon escient.

 

Le Prince Fogue