La nuit dernière les Sixers se sont imposés dans le choc face aux Clippers de Los Angeles. Ils ont pu s’appuyer sur leur pivot camerounais et sur un Ben Simmons des grands soirs, auteurs tous les deux de 26 points.

 

Le match de la nuit dernière au Wells Fargo Center de Philadelphie avait des allures de matchs de Playoffs. Contre les Clippers de Kawhi Leonard, Joel Embiid et ses partenaires se sont imposés et enchaînent une troisième victoire d’affilée. Ben Simmons termine avec un triple double, 12 rebonds, 10 passes et 26 points, soit le meilleur total que le pivot camerounais. Les 30 points de Leonard auront été insuffisants pour maintenir la franchise californienne à flot. 

Le premier quart est largement en faveur des locaux qui infligent à leurs visiteurs un 12-0. Les Clippers sortent peu à peu la tête de l’eau notamment grâce à Tobias Harris sorti du banc qui inscrit 11 points. Le premier quart temps se termine sur le score de 30-22.

Dans le second quart temps, Kawhi Leonard qui avait été laissé au repos dans le premier quart entre jeu. Auteur de 17 points, son impact se fait de suite ressentir, les Clippers reviennent à hauteur et les deux équipes regagnent les vestiaires sur une égalité de 54 partout.

A la reprise Embiid continue son travail de sape, martyrisant les intérieurs des Clippers. Les Sixers comptent plus de 10 points d’avance (70-59), mais les Clippers réussissent à recoller avant la fin du quart temps, 81 contre 77. La rencontre est très disputée jusqu’à trois minutes de la fin comme l’atteste ce contre d’Embiid sur Marcus Morris. Les Sixers s’imposent finalement Les Sixers 110 contre 103.

A la fin de la partie, Embiid boudé par une partie de ses supporters est revenu sur ses propos qui ont créée la polémique du côté de Philadelphie déclarant son amour pour la ville et pour le maillot des Sixers. « Je m’y attendais un peu, mais c’est cool. Si je peux encaisser, tout le monde peut le faire. On avance, on apprend de ça. Je dois être meilleur, eux aussi. Je comprends d’où vient tout ça. Quand on sème, on récolte. Mais ce n’est que de l’amour, j’aime ma ville et je suis là depuis un moment. Notre relation est unique et je suis heureux ici. »

 

Russel Ngalle