La légende âgée de 41 ans, est décédée hier dimanche, dans un crash d’hélicoptère, à Calabasas au sud de la Californie.

 

C’est une fin de semaine de triste pour les amoureux de la balle orange et les fans de la star de Basket ball, Kobe Bryant. La légende est décédée hier dimanche, 26 janvier 2020, dans un crash d’hélicoptère à Calabasas, en Californie. La nouvelle de son décès a fait le tour des réseaux sociaux en début de soirée. Mais, la confirmation est arrivée des heures plus tard. Kobe Bryant, est mort, en compagnie de plusieurs autres personnes qui se trouvaient à bord de cet hélicoptère. Parmi lesquelles, sa fille, Gianna Bryant.« Seize équipes sont en lice aujourd’hui, tous leurs joueurs ont grandi en rêvant de devenir un jour comme lui, ou comme Michael Jordan avant lui. On parle de cette génération de joueurs marqués par cette icône qui semble être partie trop tôt. C’est difficile », estime l’ancien entraîneur, Stan Van Gundy, dans des propos relayés par France 24. Depuis hier, des hommages lui sont rendus, non seulement en Californie, mais aussi à travers le monde.

 

A 41 ans, Kobe Bryant avait passé toute sa carrière professionnelle chez les Lakers de Los Angeles. Arrivé dans cette équipe pour la première fois en 1996, celui qui se faisait également appelé : « Black Mamba », va y passer 20 ans. Durant son séjour dans cette équipe, l’idole de plusieurs amateurs et professionnels de basket ball, a été cinq fois, champion de la National baseket ball association (NBA) (2000, 2001, 2002, 2009 et 2010). Kobe a également été médaillé d’or aux Jeux Olympiques d’été en 2008 et 2012. Selon les statistiques, l’attaquant a été le quatrième meilleur marqueur NBA de tous les temps, en inscrivant 33643 points durant sa carrière. Kobe avait également eu la deuxième performance de l’histoire dans un match de basket ball, avec à lui seul, 81 points face au Toronto Raptors. Sa disparition, quatre ans seulement après avoir pris sa retraite, endeuille depuis hier, les acteurs de cette discipline sportive, qui estiment qu’il avait encore beaucoup à offrir. Triste !

 

P. Bilong