Le secrétariat général de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) a annoncé vendredi 24 janvier 2020, les reprogrammations de l’Elite One au mercredi 29 janvier 2020, et de l’Elite Two au mardi 28 janvier 2020. Une conséquence du refus du Syndicat des clubs d’élite du Cameroun (Sycec) de disputer les matchs initialement prévus samedi 25 (Elite Two) et dimanche 26 janvier (Elite One) 2020.

 

Le Sycec a eu raison du Comité technique transitoire (CTT). Réclamant le déblocage des subventions de l’Etat destinées au paiement des salaires des joueurs et encadreurs, les patrons des équipes professionnels ont promis de ne pas disputer les matchs de début des phases retours d’Elite One (26 janvier 2020) et d’Elite Two (25 janvier 2020). Une menace à laquelle a cédé l’organe de la Fecafoot en charge de l’organisation des championnats professionnels.

Dans un communiqué rendu public vendredi 24 janvier 2020, le secrétaire général de la Fédération camerounaise de football a annoncé le report de la relance des deux compétitions. Ainsi, la 16e journée d’Elite Two aura lieu demain mardi, 28 janvier 2020. Quant à la 18e journée d’Elite One, elle est programmée mercredi 29 janvier 2020. Benjamin Didier Banlock justifie cette décision par « des raisons d’ordre techniques ». Il ne dit néanmoins pas si un compromis a été trouvé avec le Sycec.

La fermeture des stades de Douala n’aide pas

Dans l’optique de la préparation de la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2021 et du Championnat d’Afrique des nations (Chan) 2020, le ministère des Sports et de l’Education physique refuse d’ouvrir les stades de Douala aux championnats. Et pourtant, La Réunification et son annexe, Mbappé Leppé et le stade de Bonamoussadi sont quasiment opérationnels. Le stade de La Réunification de Bépanda a même accueilli plusieurs rencontres des Lions Indomptables A’ la semaine dernière.

Cette situation contraint les clubs basés dans la capitale économique à disputer leurs matchs à domicile au Centenary Stadium de Limbé et au Molyko Stadium de Buea. Ce qui constitue des dépenses considérables. Parallèlement, leurs délocalisations dans la région du Sud-Ouest les privent de recettes de stade. En effet, leurs supporters n’effectuent presque jamais ces déplacements réguliers. Malgré une rumeur annonçant le oui du Minsep pour l’ouverture des stades de Douala aux championnats professionnels, aucun match prévu cette semaine n’y a été programmé.

 

Le Prince Fogue