A en croire un article du « Daily Mail », publié ce mercredi 8 janvier 2020, la Professional footballers association (PFA) veut proposer au gouvernement anglais, de condamner les coupables d’actes racistes dans les stades de football, à des peines privatives de liberté.    

 

Condamner les racistes à la prison ferme : c’est ce pour quoi milite la Professional footballers association (l’association anglaise des footballeurs professionnels). D’après le « Daily Mail », la PFA estime que des peines privatives de liberté auront « un effet dissuasif important ». Pour atteindre son objectif, elle prévoit d’exposer ses arguments auprès du gouvernement, afin d’aboutir à un changement de la loi, et d’introduire la notion de « crimes de haine ».

Le cancer se propage, mais les sanctions ne suivent pas

Cette décision intervient après plusieurs manifestations d’actes racistes recensés sur les pelouses anglaises. Le dernier exemple remonte au 22 décembre 2019, lorsque le défenseur de Chelsea, Antonio Rudiger, s’est plaint de cris racistes à son endroit, sur le terrain de Tottenham. Deux semaines plus tôt, un fan de Manchester City a été arrêté après avoir faire un geste de singe à Fred, le joueur de Manchester United.

Si des comportements racistes sont rares dans les stades anglais, il n’en est pas de même en Italie. Depuis plusieurs saisons, les joueurs noirs se plaignent régulièrement d’en être victimes. On se souvient encore des cas Koulibaly, Matuidi et Kean l’année dernière. Cette saison, Balotelli a été victime d’insultes racistes à Lazio Rome et au Hellas Vérone. Lukaku en a quant à lui fait l’expérience en déplacement à Cagliari. Quelques exemples isolés ont également été recensés en France.

Comme mesure, les autorités du football italien ont autorisé les arbitres à arrêter les matchs, une fois ces dérives constatées. La mesure qui divisait les observateurs, n’a rien changé à la situation. Il y a environ un mois, la Ligue italienne de football a lancé une campagne pour tenter d’éradiquer ce fléau. Illustrée par l’image de trois singes avec des visages colorés, cette campagne a plus que choqué, et les a contraint à un rétropédalage et des excuses officielles. On est donc loin d’une solution pérenne.

 

Le Prince Fogue