Les Lionnes se sont facilement imposées contre le Nigeria hier au Palais des Sports de Yaoundé. Les regards sont désormais rivés sur le choc attendu entre les deux meilleures nations du continent, déterminant pour la qualification aux JO de Tokyo.

 

Nouvelle démonstration en trois sets pour les Camerounaises. Hier pour leur seconde sortie au Palais des Sports de Yaoundé, il leur aura fallu à peine une heure pour se débarrasser de leur adversaire le Nigeria. La rencontre démarre sur les chapeaux de roue et les partenaires de Christelle Nana prennent rapidement le large avec 10 points d’avance. Elles bouclent le premier set avec un écart de 13 points 25-12. Le second set est du même acabit.

Malgré les changements opérés par le sélectionneur Jean René Akono, l’équipe ne perd pas en qualité, continuant de pilonner le camp adverse. Elles concluent ce second set sur le score 25-10. Le dernier se, elles le terminent en roue libre, tant l’adversaire semble résigné. C’est le set qui aura le plus grand écart, 25-8. Les Lionnes font ainsi le plein de confiance avant la confrontation face à leur principal adversaire  le Kenya. Sérieuses candidates à la qualification, les Kenyanes ont enregistré plus tôt dans la journée une seconde victoire en autant de sortie face au Botswana (17-25; 19-25; 18-25).

Dans ce choc attendu, il faudra se montrer aussi rigoureuse que lors des deux précédentes rencontres, même si ce sera certainement la rencontre la plus disputé de ce tournoi. “On a été rigoureuses du début à la fin, on n’a pas permis à l’adversaire de prendre confiance et on a réussi à remporter le match, s’est satisfaite la capitaine Christelle Nana. Notre objectif c’est gagner tous les matchs et c’est ce qu’on essaiera de faire contre le Kenya. Ce sera un match difficile, on va faire de notre mieux par rapport à ce qu’on a l’habitude de faire.”

Même son de cloche du côté de l’entraîneur pour qui les Lionnes vont devoir sortir le grand jeu. “Notre objectif c’est de se qualifier et c’est ce qu’on va essayer de faire face au Kenya. Je ne sais pas quel est le schéma idéal, mais l’important c’est de gagner… On doit travailler pour être performants. On est allés en Pologne et on a que eu trois séances d’entraînement. On fait beaucoup de sacrifices, on est doublé champions d’Afrique, notre préparation a été difficile, on s’est privés de la fête. Pour l’instant, on est dans ce qu’on avait prévu. Maintenant, face au Kenya ce sera toute une autre paire de manche.”

 

Russel Ngalle