Pendant l’année qui vient de s’achever, l’attaquante des lions indomptables a enregistré de bonnes performances aussi bien en club qu’en sélection nationale. Ce qui lui permet d’avoir la faveur des pronostics face à ses deux concurrentes que sont Oshoala et Kgatlana.

 

Cette année pourrait bien être la bonne pour Nchout Njoya Ajara. A quelques heures de la cérémonie des CAF Awards 2019 prévue ce mardi 7 janvier en terre égyptienne, le Cameroun tout entier retient inévitablement son souffle. Une chose est sûre en tout cas, c’est qu’il y a bien des raisons de manifester un optimisme exacerbé sur la question. A la vérité, les performances enregistrées en 2019 par l’attaquante des lionnes indomptables, forcent, non seulement l’admiration, mais dépassent aussi celles de ses concurrentes que sont la nigériane Asisat Oshoala et la sud-africaine Thembi Kgatlana. En club par exemple, Ajara a terminé meilleure buteuse de Valerenga FD en Norvège.

En championnat, elle a su tirer son épingle du jeu en inscrivant 11 buts. Elle a ainsi grandement contribué à la toute première qualification de l’histoire de son club en ligue des champions version féminine. Avec l’équipe nationale, la native de Foumban dans la région de l’ouest Cameroun a encore impressionné plus d’un de part son talent et sa contribution générale dans le jeu. On se souvient bien qu’elle a été sous le feux des projecteurs lors de la coupe du monde qui s’est déroulée en France entre juin et juillet 2019. Beaucoup n’ont pas oublié à ce titre sa prestation exceptionnelle lors du troisième et dernier match de groupe du Cameroun contre la Nouvelle-Zélande. À un but partout, la joueuse de 26 ans avait sorti le grand jeu en inscrivant un but de toute beauté qui avait ouvert à la sélection nationale, les portes du second tour de cette compétition. Son fameux but (le deuxième du match contre la Nouvelle-Zélande) a même été classé deuxième plus beau but du tournoi.

Tout récemment encore, c’est elle qui a porté de la plus belle des manières l’équipe nationale sur le chemin des éliminatoires aux jeux olympiques Tokyo 2020. Lors du 3e tour des qualifications, elle a permis au Cameroun de surmonter l’obstacle congolais en inscrivant un but salvateur au stade des Martyrs de Kinshasa (RDC). Quelques jours plus tard, elle s’est encore illustrée face à la Côte d’Ivoire permettant à son pays d’accéder au dernier tour des éliminatoires. Ajara a donc inscrit un total de 35 buts, toutes compétitions confondues cette saison aussi bien en club qu’en sélection nationale. Après le mondial 2019, son but a été en compétition et classé dans le top 10 des plus beaux buts de l’année au FIFA the Best. Des faits et bien d’autres qui lui donne la force d’espérer. “Je l’espère, mais également pour le Cameroun tout entier… Depuis le ballon d’or de ma soeur Gaëlle Enganamouit(en 2015), le Cameroun attend avec impatience un autre titre aux distinctions CAF Awards. J’espère que cette année sera la bonne”, a-t-elle récemment confié aux médias.

Parmi ses deux concurrentes, Ajara devrait beaucoup plus se méfier de la nigériane Asisat Oshoala. En 2019, la buteuse des supers falcons n’a pas du tout chômé. Avec son club, le FC Barcelone, elle a inscrit 08 buts en championnat. Elle a également disputé la finale de la ligue des champions en inscrivant l’unique but de son équipe face à l’Olympique lyonnais(1-4). En équipe nationale, elle a terminé la coupe du monde avec un seul but à son compteur. Lors des éliminatoires des jeux olympiques, elle n’a rien pu faire au moment de l’élimination de son pays par la Côte d’Ivoire au troisième tour. A la différence de la camerounaise, Oshoala a déjà été sacrée à trois reprises en 2014, 2016 et 2017. 

En ce qui concerne Kgatlana, la sud-africaine par ailleurs tenante du titre n’a pas connu une année glorieuse. En club, elle a marqué 06 buts avec le Beijing BG de Chine. Lors du mondial français, elle a inscrit un seul but. Bien plus, son pays a été éliminé au second tour des éliminatoires des JO face au Botswana. Elle apparaît donc de ce point de vue, moins dangereuse qu’Oshoala. Il n’est donc pas certain qu’elle puisse garder sa couronne avec remportée en 2018.