Le coach de FAP Basketball est revenu avec nous sur la qualification de son équipe pour cette première édition historique de ce tournoi continental. Malgré la qualification, il concède volontiers que tout n’a pas été facile et promet un travail encore plus acharné pour palier ces difficultés en vue des échéances à venir, notamment le championnat national qui débute dans deux semaines environs.

Votre sentiment à l’issue de ce tournoi, le moment le plus important de votre équipe ?

Le sentiment qui est le mien actuellement est un sentiment de fierté et de très grande satisfaction pour un travail bien accompli. C’est vraiment la joie au plus haut niveau.
Comment expliquer la défaite en finale est-ce du à un relâchement de l’équipe du fait de la qualification déjà actée ?
Notre défaite en finale est due certainement à un léger relâchement après la qualification de l’équipe pour la BAL. A un certain moment, les joueurs ont quelque peu perdu leur concentration. Nous avons néanmoins pris ce match au sérieux, bien que ce relâchement ait été observé en début de rencontre. A la fin on a essayé de pousser, mais malheureusement on n’a pas pu rattraper l’écart qui était déjà assez conséquent.

Avez-vous eu un moment de doute surtout après la défaite lors de votre première sortie ?

Nous n’avons jamais douté. Nous étions confiants par rapport au travail qui a été fait pendant la préparation. Nous étions confiants par rapport à ce que nos enfants étaient capables de produire, ce qui nous a permis de rester sereins pour la suite de la compétition. On s’est dit une défaite surtout à ce niveau et à ce moment précis est plutôt une bonne chose, parce que ça a permis que les joueurs soient d’avantage concentré et se remettent en question de temps à autre pour produire le meilleur résultat possible. La réaction ne s’est pas fait attendre même s’il est vrai que nous avons bataillé très dur pour pouvoir obtenir la deuxième place du groupe. Tout ceci pour dire que nous étions sereins pendant la préparation et nous sommes restés sereins dans la façon d’aborder cette compétition.

Un mot sur la qualité du tournoi du point de vue organisationnel et de la participation du public

Sur le plan de l’organisation, le tournoi a été une réussite totale, même s’il est vrai qu’on aurait pu faire mieux au niveau de la communication. Elle n’a pas été faite longtemps à l’avance pour permettre au public camerounais d’être plus nombreux que ce qu’on a pu observer au Palais des Sports. Mis à part ce point d’ombre, on a eu droit à une très belle organisation dans l’ensemble, une très belle fête. Toutes les délégations présentes se sont senties à l’aise au Cameroun et la compétition dans l’ensemble s’est bien déroulée.

Sur le plan de la participation du public, comme je l’ai dit précédemment, l’information n’a pas suffisamment circulé, à mon sens assez tôt pour permettre à tout le monde d’être au courant de l’événement qui se déroulait au Cameroun. J’ai constaté que c’est à partir des demi-finales que beaucoup de gens étaient informés. Pour les prochaines éditions, on devrait prendre des dispositions pour qu’un plan de communication soit mis sur pied en amont pour sensibiliser au maximum les amoureux de la balle orange. Le public qui a fait le déplacement et qui n’était pas des moindres était vraiment un public charmant, positif, qui a su pousser l’équipe chaque fois qu’on était en difficulté. Ils ont su nous pousser à aller chercher au fond de nous pour trouver des solutions aux difficultés auxquelles on faisait face. Je profite de l’occasion pour d’avantage les remercier, tirer un grand coup de chapeau à ce public et particulièrement au coach des supporters en la personne de Monsieur Yao qui a vraiment mobilisé la salle, qui a harangué la foule, qui a vraiment bataillé pour que tout le monde soit en harmonie avec l’équipe.

Quelles sont les prochaines échéances qui attendent le club ?

Nous sommes qualifiés à présent pour cette nouvelle compétition dans le paysage africain. Elle va nous amener désormais à nous comporter d’une certaine façon. La première chose à faire est de nous préparer de manière efficace pour aborder la phase finale de la BAL dans de très bonnes conditions pour pouvoir pousser l’équipe camerounaise le plus haut possible. Les échéances immédiates sont là sur le plan local avec le championnat national qui va débuter dans deux semaines. Il est question pour nous de nous y préparer.

Y a-t-il des secteurs à améliorer dans le jeu ? Doit-on s’attendre à des renforts ?

Au sujet de l’équipe, jusqu’à présent elle nous a apporté entière satisfaction en fonction de ce qu’on avait recherché jusque là. Il est vrai que nous avons eu des difficultés à mettre sur pied un certain type d’organisation, notamment pour affronter les offensives des équipes adverses par rapport à leur gabarit, mais nous avons trouvé la bonne cohésion quand il le fallait.
Sur le plan du jeu, il y a forcément des améliorations à apporter. On a fait face à pas mal de difficultés, même s’il est vrai que sur le terrain on s’est battu pour recoller les morceaux par endroit de manière précipitée. Cela nous a permis de relever les manquements qui étaient les nôtres tout au long de la compétition et dès que l’équipe va se retrouver, on va s’appesantir sur ces domaines qui nous ont posé de sérieux ennuis et essayer de les corriger pour ne plus retomber dans les même travers lors des prochains tournois.
Donc pour le moment parler d’améliorer l’effectif ou s’attendre à de nouveaux renforts ce serait trop se précipiter pour ma part de me prononcer sur ces questions. On le fera de concert avec les dirigeants administratif et technique du club et ceci bien évidemment en fonction des objectifs qu’on se sera fixé.

Propos recueillis par Russel Ngalle