La légende du cyclisme français a rendu l’âme hier en Haute-Vienne.

 

La nouvelle de son décès fait le tour des médias en France et même sur les réseaux sociaux. Raymond Poulidor est mort. La légende du cyclisme français a rendu l’âme hier en Haute-Vienne. Sa mort plonge les amoureux du sport en général et ceux de cette discipline en particulier dans l’émoi. Depuis l’annonce de sa disparition, des messages de compassion se multiplient pour rendre hommage à celui s’est éteint à 83 ans. « C’est une légende du sport français, du vélo en l’occurrence. J’étais très jeune, petit quand il courait. Il a marqué les Français et les Françaises. Il a eu cette popularité même s’il n’a pas gagné le Tour. Il était très souvent sur le podium. C’est un nom. Dans toutes les générations, il y en a toujours un qui sort du lot, par sympathie, par charisme. On perd un grand Monsieur. Je n’ai pas eu l’occasion de le connaître et de le rencontrer. J’ai une pensée pour sa famille et ses amis », écrit Didier Deschamps, le sélectionneur de l’équipe de France de football, dans une réaction par le Parisien.

 

Plus de quarante ans après avoir pris sa retraite, Poulidor était resté présent dans les milieux du cyclisme en France. On l’aura vu par exemple, au départ du Tour de France cet été. Pendant sa carrière, Poulidor a décroché plusieurs trophées. Le cycliste qu’il était, a remporté le Tour d’Espagne  en 1964. Outre cet exploit, l’histoire renseigne que l’excellent grimpeur avait aussi gagné deux classiques avec Milan- San Remo en 1961 et la Flèche Wallonne deux ans plus tard. S’il n’a jamais eu l’occasion de remporter le Tour de France, Poulidor détient le record de podiums dans cette compétition. Arrivé deuxième à trois reprises, le cycliste Français est monté sur l’estrade pendant huit éditions. Raymond Poulidor a aussi remporté à deux reprises le critérium du Dauphiné libéré (1966 et 1969) et bien d’autres courses.

 

P. Bilong