Le coureur algérien est le lauréat de la 19e édition de la petite reine.

 

Cette ultime étape qui reliait Sangmelima à Yaoundé était la plus longue du parcours (164 kilomètres) elle a vu un Algérien s’imposer au sprint sur le Boulevard du 20 mai. Hamza Yacine boucle l’étape en 4 heures 15 minutes et 38 secondes. Cette 19e édition du Grand Prix international Chantal Biya aura été celui des Algériens qui y ont dicté leur loi. Azzedine Lagab qui a su tenir face à l’adversité et gardé sur ses épaules son maillot jaune acquis depuis la première étape entre Bertoua et Abong Bang,  repart grand gagnant de ce Grand Prix au Boulevard du 20 mai et en présence de la Première Dame, marraine de l’événement. 

Quatre étapes au lieu de cinq auront finalement eu lieu, la faute au retard accusé par l’organisation. Ainsi, Lagab prend le départ de la troisième étape après sa victoire inaugurale avec son maillot jaune. Le leader de la formation algérienne se fait secouer dans cette étape qui rallie Yaoundé à Ebolowa par le Slovaque Marek Saneki. Il parvient néanmoins à limiter la casse et conserve sa place de leader au classement général. Lors de la quatrième étape courue entre Zoetele et Meyomessala, Marek Saneki signe un doublé et met encore plus la pression à l’Algérien. Trop tard cependant pour espérer reprendre le maillot jaune à l’Algérien, car la dernière étape se dessine sur un parcours réservé aux rouleurs et à ce jeu, très peu dans le peloton sont capables de rivaliser avec Lagab qui compte à son palmarès plusieurs titres de vainqueur de contre la montre. Le scénario se confirme bien dimanche.

Malgré la longue échappée en solitaire d’un coureur rwandais, le baroudeur est rattrapé à quelques kilomètres de l’arrivée par le peloton. Confortablement logé aux premières places, Azzedine Lagab certain de sa victoire à l’entrée de la ville de Yaoundé assiste aux premières loges à la victoire au sprint de son coéquipier vainqueur de l’étape. « Cette victoire était importante pour nous car elle nous permet de glaner des points au classement mondial. On a bien conforté notre position et moi je suis très content et surtout très content de mon équipe », a déclaré Lagab après sa consécration.

La révolte camerounaise n’aura jamais eu lieu, les coureurs dépassés par le niveau adverse et muselé par les stratégies mises sur pied ont progressivement dégringolé au classement général, à l’image du premier Camerounais au classement général Clovis Kamzong Abessolo, 5e au soir de la première étape, puis 7e et qui sort du Top 10 à l’issue de la dernière étape avec une 11e place au classement général.  « Nous sommes déçus parce qu’on a couru derrière une victoire sans succès. On était un peu en dessous des autres parce que les adversaires étaient forts, les Algériens notamment. La saison est terminée, je pense qu’on va bien récupérer pour mieux entamer la saison prochaine. »

 

Russel Ngalle