Dans une vidéo qui fait le tour des réseaux sociaux, l’ancien milieu de terrain des Lions Indomptables apporte son soutien à sa compatriote.

 

Alexandre Song n’est pas resté indifférent en regardant le but inscrit par Nchout Njoya Ajara, au cours du match opposant le Cameroun à la Nouvelle Zélande, lors de la Coupe du monde de football féminin organisée du 7 juin au 7 juillet en France. Cette réalisation qui a permis aux Lionnes Indomptables d’empocher trois points est nominée au prix Puskas, lequel récompense le meilleur but de la saison sportive 2018-2019. A cette occasion, l’ancien milieu de terrain des Lions Indomptables qui apporte son soutien à sa compatriote, invite également les fans de football à voter pour Njoya Ajara.

Dans une vidéo qui fait le tour des réseaux sociaux, Alex commente le but de la joueuse. « Bonsoir la famille. C’est juste pour vous dire prendre deux minutes de votre temps. S’il vous plait, je vais afficher le lien tout à l’heure. Allez sur Fifa.com, voter massivement la sister (sœur en français), Ajara Njoya », invite-t-il.  « Elle a le privilège et la chance de faire partie des dix nominés pour le but de la saison. Elle nous a fait rêver lors de la Coupe du monde en France. Elle nous a mis un but franchement magnifique. Crochet, crochet, ouverture », commente l’ancien joueur d’Arsenal.

Lire aussi : Prix Puskás : Ajara parmi les 10 finalistes pour le titre du plus beau but de l’année 2019

Le but de Njoya Ajara, deuxième meilleure réalisation du mondial féminin 2019, a été retenu en compagnie de neuf autres. Dans cette liste, on retrouve des stars du football mondial telles que Lionel Messi, Zlatan Ibrahimovic et bien d’autres. Les trois des dix buts qui seront plébiscités au terme du vote qui se referme le 1er septembre vont être départagés par le jury. Parmi les vainqueurs ayant remporté ce prix lors des précédentes éditions, on retrouve Chrisitiano Ronaldo en 2009, Neymar en 2011, Zlatan Ibrahimovic en 2013, Wendell Lira en 2015, Mohamed Salah en 2018 et bien d’autres. Les dés sont jetés.

 

P. Bilong