La cérémonie d’au revoir de la Cameroon Olympic Team qui doit se rendre à Rabat pour prendre part aux Jeux africains avait lieu hier au siège du Comité national olympique et sportif. Le ministre des Sports et de l’Éducation physique au nom de la République a remis l’emblème nationale à l’athlète Richard Marcel Mayack II qui sera pour l’occasion le porte étendard du Cameroun au Maroc.

 

Le spécialiste du saut en longueur a reçu des mains du Professeur Mouelle Kombi le drapeau national lors de la cérémonie d’au revoir à la Cameroon Olympic Team. Un choix qui n’est pas dépourvu de raison au vu du palmarès de l’athlète. Ses camarades le surnomment ’’la sauterelle’’. Âgé de 28 ans,  Marcel Mayack est le détenteur du record national du saut en longueur depuis mars dernier lors d’un meeting à Bafoussam. Il a pulvérisé le record de Salle Ebong vieux de 27 ans qui était de 7m 86 en y ajoutant 17 cm pour le porter désormais à 8 m 03. C’est également un sportif polyvalent capable de performances en saut en hauteur et en triple saut dont il est d’ailleurs le détenteur de la meilleure marque nationale en 2018 avec un saut à 16 m 80.

Le diplômé de l’INJS est conscient de la responsabilité qui lui a été donnée de devenir le porte étendard national. « C’est une lourde responsabilité, parce que l’objectif pour moi n’est plus simplement de gagner la médaille, mais aussi de pouvoir encadrer mes coéquipiers et toute la délégation. Avoir un esprit exemplaire. Si on a choisi de me donner ce drapeau, c’est parce que me fait confiance, par rapport à ce que j’ai eu à prouver. Donc, il est question pour moi, d’essayer de faire mieux et de donner le meilleur de moi.» Au sujet de la compétition et surtout de ses futurs adversaires, Marcel Mayack sait que la tache ne sera pas aisée. « J’aurai en face des adversaires coriaces. On apprend tous les jours et je fais toujours tout pour être au top. J’essaye toujours de tout faire pour ne pas m’éloigner de mes objectifs, afin d’être au top sur le plan mondial, pas seulement africain.»

 

Russel Ngalle