Le Congo-Brazzaville par le biais de son ministère des Sport a annoncé son désistement de l’organisation de la CAN 2020. La raison invoquée est les « grandes tensions de trésorerie ».

 

C’est par la note de service N°0882 rendue publique le 8 juillet dernier que le ministère congolais des Sports a annoncé à la Confédération africaine de football le « désistement de la République du Congo à l’organisation de la phase finale » de la 12e édition de la CAN féminine qui se tiendra en 2020. Le Congo-Brazzaville qui avait été désigné pays hôte de cette compétition en septembre dernier, se dit dans l’incapacité de respecter les exigences fixées par la CAF pour abriter la CAN féminine et s’excuse du contre temps que cette décision entraînera. « Après avoir examiné après coup, le cahier de charges, la République du Congo s’est rendue compte que dans le contexte des grandes tensions de trésorerie où elle se trouve, elle est dans l’incapacité d’y répondre de façon optimale et rassurante », peut-on lire dans cette correspondance signée par Hugues Ngouelondele, ministre congolais des Sports et de l‘Éducation physique.

Une CAN qui de toute vraisemblance devrait être maintenue à 8 équipes, malgré des volontés qui se manifestent d’augmenter le nombre de participants. La CAF compte pour le moment maintenir cette formule à deux poules à l’image de la CAN 2018 au Ghana. « On sait qu’on a déjà du mal à avoir une CAN avec plus de pays participants. Mais on y pense et c’était l’objet de discussions très poussées au sein du Comité exécutif, au sujet du CHAN et de la CAN féminine. Il y a eu des propositions mais tout cela reste encore à l’étude ». avait expliqué le secrétaire général de la CAF, Mouad Hajji, lors d’une assemblée tenue en marge de la CAN 2019.

La CAF commence à avoir l’habitude de ces changements de dernière minute. Il va donc falloir pour l’instance dirigeante du football africain trouver une solution de rechange, à un an du début de la compétition. Le sujet de la rétribution de la CAN féminine 2002 devrait être évoqué par le Comité exécutif de la CAF le 16 juillet prochain au Caire. Pour l’instant, aucun pays ne s’est manifesté pour abriter cette compétition. Mais on pense déjà à l’Afrique du Sud qui s’était porté candidate pour l’organisation de la CAN masculine lorsqu’elle a été retirée au Cameroun, ou à un pays qui organisera dans les années à venir la CAN masculines. Cette CAN féminine pourrait alors lui servir de galop d’essai.

 

Russel Ngalle