Sous une pluie diluvienne les coureurs de la SNH Vélo Club ont dicté leur loi sur la première étape du championnat régional de la région du Littoral

 

La ligue régionale de cyclisme du Littoral en prélude à la Fête nationale de l’Unité organise depuis 3 jours de compétition cycliste. Cette compétition est également l’occasion d’élever le niveau et de préparer les coureurs qui seront sélectionnés pour représenter la région au Tour du Cameroun. Hier 16 mai se déroulait la première étape entre Douala et Nkongsamba chef lieu du département du Moungo baptisée Grand Prix de la Montagne. Sur un parcours long de 145 Km, c’est le coureur de la SNH Vélo Club Clovis Kamzong Abessolo qui a franchi le premier la ligne d’arrivée sous une pluie battante avec un temps de 3 heures 29 minutes et 36 secondes. Il était talonné par son coéquipier de la SNH Boris Tientcheu qui a franchi la ligne moins d’une minute après (3 heures 29 minutes 51 secondes). Le troisième de cette étape est Hervé Mba qui a bouclé le parcoures en 3 heures 29m et 53s.

 

Le vainqueur du jour s’est dit satisfait mais estime que les conditions climatiques n’ont pas été favorables pour établir de meilleurs chronos. « Je suis satisfait de ma performance. Ça faisait un bout de temps que je n’avais plus remporté de courses. Aujourd’hui on a du faire avec la pluie pour boucler l’étape jusqu’à l’arrivée ici à la place des fêtes de Nkongsamba. Nous étions très motivés avec mes coéquipiers, nous voulions faire une moyenne très élevée mais avec la pluie nous ne pouvions pas nous donner à fond. Demain c’est une autre étape, nous nous sommes mis en jambes et je pense que nous serons très en forme pour la deuxième étape. C’est une étape qui va beaucoup monter je pense qu’à la falaise à Dschang tout le monde va trouver son rythme. »

 

Martinien Tega ancien champion du Cameroun et aujourd’hui directeur sportif de la SNH Vélo Club estime que ses poulains ont encore du boulot pour être prêt à affronter le Tour du Cameroun. « La course de ce jour était difficile surtout avec la pluie. Nous sommes venus ici prendre des repères, mais je peux constater que nous ne sommes pas encore fin prêt. Il ya encore quelques réglages à effectuer afin d’être prêt d’ici le 1er juin. Il n’y a plus beaucoup de temps mais ce sont des petits réglages et cette compétition nous permet de découvrir nos lacunes. A la deuxième étape, nous pourrons encore déceler nos manquements pour que le Cameroun puisse remporter le Tour. Voilà notre objectif. »

 

Russel Ngalle