Le président de la Fecafoot, Seidou Mbombo Njoya a abordé la question sur le départ de la firme Puma du Cameroun, lundi en conférence de presse au siège de la Fécafoot.

 

Après 20 ans de collaboration avec le Cameroun, l’équipementier PUMA n’a pas renouvelé sa collaboration avec le Cameroun. Il a été remplacé par Le Coq sportif. Le président de la Fecafoot a évoqué les raisons du départ de PUMA. Pour Seidou Mbombo Njoya la crise d’instabilité  au sein de la fédération n’aurait pas aidé le Cameroun dans les négociations pour le renouvellement du contrat, faut-il le rappeler, était juteux au départ avant de connaître une revue à la baisse. «  Quand je suis en face de Puma, on me dit : vous n’êtes pas un pays stable. C’est difficile de travailler avec le Cameroun. Tout le temps les crises et vous ne respectez pas les engagements. Un jour un interlocuteur se présente et un autre jour un normalisateur dont on dit qu’il n’a pas la légitimité pour négocier. On dépense des milliards, et en retour qu’est qu’on a ? Des crises qui ne cessent de se succéder» a confessé le président de la Fecafoot. Au regard de ces multiples griefs portés à l’encontre du Cameroun, la firme allemande aurait mis le Cameroun dos au mur en décidant de diviser par trois la cagnotte à verser à la Fecafoot, pour le renouvellement du contrat. Ce qui aurait déplu à Me Dieudonné Happi, le président du dernier comité de normalisation, qui avait entamé des discussions en vue d’un nouveau bail de collaboration avec les Lions Indomptables.

Son successeur à la tête de l’instance faîtière du football camerounais s’est inscrit dans le même sillage de revoir les propositions revues à la baisse faites par Puma. L’équipementier du félin bondissant a campé sur sa position ce qui a entraîné la séparation entre les deux entités et débouché sur un accord avec le coq sportif.  « Le contrat avec Puma est arrivé à échéance en décembre dernier, bien qu’il y avait une possibilité de le renouveler avant échéance. Ce que vous devez savoir est que Puma avait revu de manière considérable à la baisse son offre malgré les efforts du Comité de Normalisation et du nouvel Exécutif pour poursuivre l’aventure avec lui. En février dernier, nous sommes arrivés au point de non-retour et il était de notre devoir de trouver un autre équipementier pour nos équipes nationales.  Nous ne pouvions pas brader l’image de marque du Cameroun et l’image de notre sélection nationale sénior. Plusieurs firmes ont été approchées, et Le Coq Sportif nous a fait une proposition nettement supérieure à celle de Puma. Logiquement et sans état d’âme, nous avons accepté la proposition » a informé le patron de la Fécafoot.

 

LT à Yaoundé, Étienne Mbala