Au total 4 étapes ont été parcouru dans les régions du centre et de l’ouest Cameroun. Le promoteur de la fenap-vélo Afrique centrale n’a pas dérogé à la règle devenu une tradition pour lui d’honorer la fête Pascale chez les chrétiens catholique. Il répond d’ailleurs aux questions de l’indomptable Sport.

Interview menée avec la collaboration de Achille Foumena, journaliste.

A l’arrivée de la 19ème édition de la randonnée pascale des montagne qui a sacré Idriss Kono de Bâtisseurs Vélo-club vainqueur, le président de la Fenap vélo Afrique centrale se satisfait de la qualité de la compétition et dresse le bilan de la première partie des activités de la saison en cours. 

Nous sommes au terme de la 19eme édition de la randonnée pascale des montagnes qui boucle la première phase des compétitions de la saison. Quel bilan faites-vous ?
Le bilan est mitigé. Sur le plan sportif il est total, c’est une randonnée qui marque la fin de la première phase et n’y va pas qui veut, mais qui peut. Les gars ont déployé beaucoup d’énergie pour aller au bout de ces 150 Km, avec les intempéries, le relief particulier du parcours, le VTT était là pour répondre à ce type de difficulté. Je félicite les 50:participants, ils sont tous allé au terme des étapes, excepté en junior où nous avons enregistrés un abandon suite à une panne mécanique. C’est la preuve que le moral était était au rendez-vous. Toutes les données sont désormais là pour aborder la phase rapide des compétitions.

Cette édition était adossée sur un thème: Dévastation du négatif. De quoi est-il question ?

Nous recherchons d’abord l’épuration de l’homme dans nos activités. Il y a des comportements qu’il faut évacuer du mental de nos coureurs. C’est un regard que j’ai jeté de manière froide à l’attention des uns des autres. Il est question que l’on assainissement notre comportement. Le thème a été choisi à juste titre. Il faut s’armer d’une certaine détermination pour s’attaquer à ce type de fléau. Nous y avons associé la parole de Dieu en parcourant Exode 12 qui présente la manière dont Dieu a délivré son peuple de l’esclavage en Égypte pour le préparer à célébrer la pâques. Et puisque nous parlons de randonnée pascale, nous ne pouvions pas nous soustraire de cette réalité existentielle.

Deux vainqueurs sur les deux dernières éditions, il est constant que le challenge est ouvert à tout le monde?
C’est une lecture qui me conforte. J’irai même plus loin que çà. Le vainqueur de cette édition n’aura pas connu le sacre sans concurrence. C’était fortement disputé avec notamment Tatsinkou Titi qui l’a fait douter sur la 2ème étape en s’imposant avec un écart de 7 minutes. De par sa témérité, Idriss Kono a prouvé qu’il était encore maître du peloton en revenant à la 3eme étape. Tout s’est joué à la dernière étape avec la victoire d’ Herman Detchoua… Tout cela a concouru à donner de l’activité, de la motivation dans le groupe et nous en sommes très satisfaits. »

 

Etienne Mbala