Qualifié de joueur vieillissant au regard de ses 35 ans, le milieu de terrain marocain caresse le rêve de figurer dans la liste des joueurs qui vont défendre les couleurs du pays en Égypte.

A l’exemple de plusieurs autres pays africains, le Maroc s’est qualifié pour la prochaine édition de la coupe d’Afrique des nations en terminant les éliminatoires au premier rang du groupe B dans lequel figurait le Cameroun. Passée cette étape, il est question aujourd’hui de préparer la phase finale de la compétition qui démarre le 21 juin prochain. En attendant le tirage au sort annoncé pour le 12 avril prochain, certains joueurs âgés ont déjà le cœur en Égypte. Parmi eux, figure bel et bien Mbark Boussoufa. Le milieu de terrain des Lions de l’Atlas, aujourd’hui âgé de 35 ans n’a pas caché à nos confrères de Jeune Afrique, son désir de prendre part à ce grand rendez-vous continental qui connaîtra pour la première fois la présence de 24 pays participants. ” J’espère disputer la CAN en Égypte. Et ensuite, on verra bien, même si un jour il faudra laisser la place aux plus jeunes. Il y a une belle génération qui arrive, ce qui est une bonne nouvelle pour la sélection”, a t- il indiqué. Nanti de 64 sélections en équipe nationale, Boussoufa évolue depuis le mois de janvier à Al-Shabab en Arabie Saoudite. En équipe nationale, il a vu passer plusieurs sélectionneurs. Aujourd’hui, il semble bien satisfait de la touche Hervé Renard. ” C’est un coach qui connait très bien l’Afrique. Il a gagné deux CAN et il est arrivé avec un vrai projet. Il a apporté la rigueur, la discipline qui pouvait nous manquer sur le terrain. Hervé Renard veut que nous défendions bien, tout en s’appuyant sur les qualités naturelles des joueurs marocains, notamment la technique. Il a aussi parfaitement réussi à faire s’intégrer des joueurs qui viennent des Pays-Bas, de France, d’Espagne. La sélection vit très bien et les résultats apportent de la confiance. Il y a un mélange entre la jeune génération, incarnée par Mazraoui, Harit, Ziyech, Hakimi, quelques autres et les plus anciens”, a t- il noté.

Reste qu’aujourd’hui, il évolue dans un pays de la Péninsule arabique. Une situation qui joue en sa défaveur compte tenu du niveau supposé faible du championnat. Même au niveau des supporters, quelques inquiétudes sont perceptibles. Boussoufa avait déjà été dispensé du déplacement à Blantyre, le 26 mars dernier lors de la rencontre amicale contre l’Argentine. Malgré tout, il reste optimiste plus on avance vers le début de la compétition. ” Nous sommes des professionnels, et si le coach continue de faire appel à nous, c’est qu’il estime que nous sommes  compétitifs. Si la question concernait des joueurs beaucoup plus jeunes, je comprendrais. Mais la sélection du Maroc est composée de joueurs qui évoluent au pays, mais aussi en Europe, dans le Golfe, et cela fonctionne très bien. Et en ce qui me concerne, je peux vous assurer que le championnat saoudien est d’un bon niveau “, s’est-il défendu.

Fabien Mbarga