Avec la détention du président Pierre Kwemo, la vie va presque au ralenti dans ce club qui doit disputer le championnat professionnel ligue 1 dans quelques jours.

A quelques jours de la reprise des championnats professionnels qui démarrent finalement le 02 février Prochain, plusieurs équipes sont en pleine préparation. A Yaoundé comme partout ailleurs au Cameroun, l’heure est aux derniers réglages dans la phase de pre-compétition. Si tout se passe dans la sérénité à Coton sport de Garoua,  tel n’est pas le cas à UMS de Loum qui souffre visiblement de l’absence de son président. A preuve, contrairement aux autres équipes, le club a commencé sa préparation de manière tardive. Des sources bien introduites laissent croire que le vice-champion du Cameroun est confronté en ce moment à d’énormes difficultés financières. Une information que ne partage pas l’entraîneur Laurent Djam qui a été rencontré au cours d’une séance d’entraînement par nos confrères de Press-Sport.”Le président suit son équipe de très près. L’équipe ne souffre pas de son absence. Ça peut être un élément motivateur pour le public de Loum de savoir qu’il est important de soutenir son équipe. Tout le monde doit se mouiller pour que l’équipe soit forte. Toutes nos primes passent normalement. Donc, il n’y a aucun souci “, a t-il confié. Interrogé sur la préparation de la nouvelle saison, l’homme n’a visiblement pas manqué d’arguments : “On a commencé la préparation très tardivement. Il est important de ne pas en rajouter(…) il faut qu’on ait déjà une équipe non pas pour faire un bon résultat mais pour jouer d’abord. Je crois que c’est compliqué mais on va s’accrocher pour mettre sur pied une équipe”.

A l’exemple de l’Union des Mouvements sportifs de Loum, les Astres de Douala sont dans la tourmente. Beaucoup n’hésitent d’ailleurs pas à affirmer que ce club court vers une
saison blanche cette année. Il se trouve en effet que l’équipe du milliardaire Dieudonné Kamdem va très mal. L’une des raisons évoquées pour justifier cette situation chaotique est la grève initiée par les joueurs depuis le 27 décembre 2018. Ces derniers selon toute vraisemblance, réclament plus de 06 mois d’arriérés de salaire. A cela s’ajoutent des primes non payées la saison dernière. Dans le cas des joueurs nouvellement recrutés, ils n’ont perçu aucun radis jusqu’ici, que se soit en termes de primes de signature ou primes de logement. Fatigué d’injecter d’importantes sommes d’argent dans ce club sans véritable retour, Dieudonné Kamdem serait sur le point de laisser tomber les brésiliens de Bepanda pour mieux se concentrer sur son deuxième club Fovu de Baham communément appelé ” l’équipe du village”.

 

Fabien MBARGA