Sauf changement de dernière minute, les clubs vont retrouver le chemin des stades ce samedi 02 février 2019, pour l’ouverture de la nouvelle saison.

Soucieux de résoudre la crise qui a conduit il y’a quelques jours encore au boycott total de la première journée du championnat professionnel ligue 1, le président de la fédération camerounaise de football a instruit à son premier vice-président, Alim Konaté de convoquer une réunion d’urgence. C’est dans ce sillage que la salle des conférences de la Fecafoot a abrité le 30 janvier dernier, la réunion du comité Ad Hoc chargé de gérer la crise qui secoue la ligue de football professionnel du Cameroun. A cette assise, on a noté, outre la présence des représentants du ministère des sports et de l’éducation physique, celle des représentants de la Fecafoot, des clubs et de la LFPC.  Après une séquence de discussions nourries, les différentes parties prenantes sont arrivées à la décision unanime de reprendre la route des stades dès ce samedi 02 février. Les matches d’ouverture de lancement de la saison auront lieu au stade militaire de Yaoundé.

En ligue 1, comme initialement programmé, le vainqueur de la coupe du Cameroun 2018, Eding sport de la Lekié va en découdre avec Yong sport Academy de Bamenda. En ligue 2, Canon de Yaoundé sera aux prises avec Panthère de Bagangté, en levée de rideau à 14 heures. Pour ce qui est des autres résolutions de ces travaux, on retient que l’assemblée générale de la ligue de football professionnel du Cameroun est maintenue au 28 février prochain. Bien plus, le mécanisme d’ascension et de relégation est celui prévu par les textes de l’instance faîtière du football national.  En clair, à l’issue des différents championnats qui se joueront cette année sous forme de poules, 03 clubs seront relégués. Les 03 premiers de la ligue 2 seront d’office appelés à faire valoir leurs droits en première division. L’ autre bonne nouvelle à retenir est qu’il n’ y aura pas de forfait pour toutes les équipes qui ont boycotté le lancement du championnat la semaine écoulée.

Comme on peut aisément le constater, la nouvelle équipe dirigeante de la Fecafoot vient ainsi de marquer de précieux points en réussissant l’exploit de désamorcer cette bombe à retardement, permettant par la même entremise au général Pierre Semengue et à Franck Happi d’enterrer la hache de guerre. Cette sortie de crise intervient par ailleurs quelques jours après l’ultimatum de Seidou Mbombo Njoya, qui par voie de communiqué avait demandé sans aucune autre forme de procès, aux acteurs de la ligue de reprendre le championnat dans un délai de 07 jours.

 

Fabien MBARGA